Accueil

COUP D'ETAT EN GRANDE-BRETAGNE : LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE NE PIPE MOT

COUP D'ETAT EN GRANDE-BRETAGNE : LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE NE PIPE MOT

   Imaginez un seul instant que Nicolas MADURO, le président du Venezuela, ait suspendu le parlement de son pays ! Dans la minute qui suit, la "Communauté internationale" (l'Occident en réalité !) aurait dénoncé cette violation flagrante de la démocratie et blablabla.

   Non, MADURO n'a pas agi de la sorte et ce petit crétin de Juan GAIDO, cheval de Troie, de l'impérialisme, continue à présider le parlement vénézuélien. Pas plus tard que la semaine dernière, ses partisans et lui ont encore bloqué une grande avenue de Caracas pour déverser leur fiel anti-MADURO. Rappelons d'ailleurs que le prédécesseur de ce dernier, Hugo CHAVEZ, avait, lui, organisé pas moins de 5 élections au cours de sa présidence, élections organisées à l'occidentale, avec accès des candidats adverses aux médias (pas très difficile : la plupart des grands médias du pays appartiennent à l'oligarchie) et CHAVEZ les avait toutes gagnées. Et pas avec un score de dictateur genre 80 ou 90% des suffrages comme dans certains pays du Sud protégés par l'Occident, mais, selon le cas, à 57%, 62% etc...
   Or, aujourd'hui, le nouveau premier ministre britannique vient de suspendre le parlement, ce qui est un coup de force, voire un véritable coup d'état et PERSONNE NE PIPE MOT. Personne ne proteste au niveau international alors même que dans son pays JOHNSON est confronté à une véritable levée de boucliers. Le célèbre acteur Hughes GRANT vient ainsi de le traiter de "jouet de bain en caoutchouc survendu", l'accusant de mettre en danger l'avenir de ses enfants à lui, GRANT.
   Les raisons pour lesquelles JOHNSON a commis cette violation de la démocratie n'ont pas à intéresser les pays du Sud. La seule chose qui doit les intéresser, c'est de constater une fois de plus, le deux poids deux mesures et le double langage des Occidentaux...

Pages