Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Forte mobilisation en faveur des LGBT "ultramarins"

Forte mobilisation en faveur des LGBT "ultramarins"

   Pendant que la banlieue brûle, que chaque soir quasiment des incidents violents opposent la jeunesse noire et arabe des quartiers dits "sensibles" à une police qui se prend pour l'armée israélienne dans les territoires palestiniens occupés, voici que des responsables "ultramarins" ne trouvent rien de mieux à faire que de se mobiliser en faveur des...LGBT. What is that ? s'écriera TI SONSON en dialecte créole. Ben, mon gars, faut descendre un peu de ton morne de temps à autre ! Désormais quand tu auras une prise de bec avec un voisin, faudra que tu fasses gaffe : "Sakré makoumè ki ou yé !" sera désormais sévèrement punit par la loi. T'auras beau appeler des créolistes à ta rescousse qui viendront expliquer à la barre du tribunal que dans toutes les langues, les mots sont polysémiques (poly quoi ? Ben, qu'ils ont plusieurs sens) et que ton "makoumè" n'a absolument rien à voir avec l'identité sexuelle de ton voisin (que tu ne connais d'ailleurs pas, ne t'y étant jamais intéressé et ayant d'autres chattes à fouetter), que dans le contexte de cette prise de bec, il signifie "pleutre", eh bien, tu encourras une lourde amende ! 

   Madame la Ministresse de la Ville, qu'on n'a jamais entendu sur les émeutes des banlieues ni sur Adama TRAORE ni sur THEO, l'a clamé urbi et orbi :

     "Je veux inscrire les Outre-mer dans le plan de mobilisation contre la haine et les discriminations envers les personnes LGBT."

   Par contre, la haine contre les jeunes Noirs et Arabes dans les banlieues, l'absence totale de perspectives, la décrépitude du système scolaire, le racisme de la police etc..., madame connaît pas apparemment. En tout cas, aucune mobilisation ni déclaration ni rien contre ces méfaits. Toute l'attention se porte en faveur des LGTB, qui sont des citoyens comme les autres et qui, effectivement méritent le respect, mais qui  ne sont tout de même qu'une petite minorité et dans les banlieues françaises et en Outremer. Nous le répétons : oui, les LGTB méritent d'être protégés contre la bêtise d'un trop grand nombre de gens. Mais il y a l'immense majorité des "Ultramarins" de l'Hexagone ou dans les îles qui subit la "pwofitasion", l'exploitation de classe, le racisme et pour les rares qui parviennent à s'en sortir, le plafond de verre. Qui se préoccupe et s'occupe de cette majorité ?

   Mais TI SONSON, après son troisième "pété-pié" (verre de rhum), n'en continue pas moins de s'enquérir : sé ki sa lé LGTB ? Bon, eh bien, par charité chrétienne, apostolique et romaine, on t'affranchira sur le sujet, mon gars : ça veut dire "lesbiennes" pour le "L", "homosexuels" pour "Gay", "Bisexuels" pour "B" et "Transgenres" pour "T". "Man pa konpwann sé ki sa sé dé dènié-a ?" (J'ai pas compris de quoi il s'agit pour les deux derniers), s'écrie à nouveau TI SONSON, plus perplexe que la perplexité elle-même et se croyant dans un roman de la Créolité.

   Y'aura une campagne très bientôt pour t'expliquer tout ça, TI SONSON. La Ministresse l'a annoncé et t'auras qu'à écouter la radio et la télé si tu veux tout comprendre. Inquiet, il demande : "Kidonk si man di lévwaz-mwen an "bonda manman'w !", lajistis pé pousuiv mwen ? (Donc si je lance à mon voisin "le cul de ta mère !", je risque d'être poursuivi par la justice ?). Mais non, TI SONSON, pas d'affolement ! Tu ne risques rien. Sauf...

   Sauf si la mère de ton voisin est LGTB...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages