Accueil

Javed Meetoo : "Oui, je suis pour un état islamique, même à Maurice"

Javed Meetoo : "Oui, je suis pour un état islamique, même à Maurice"

L'occupation illégale de la Place d'Armes samedi à Port-Louis par des groupuscules extrémistes musulmans menés par Javed Meetoo, un prédicateur radical connu des autorités mauriciennes et de la cellule anti terrorisme, et la manifestation qui a suivi, ont mis les militants de la marche pacifique organisée par le Collectif Arc-en-ciel en danger.

Après les menaces de mort, les incidents qui ont suivi auraient pu dégénérer si le Collectif, dans un souci d'apaisement, n'avait décidé d'annuler la marche afin d'assurer la sécurité de ses militants au Caudan.

Retour sur l'itinéraire de Javed Meetoo, le meneur de ces manifestations, considéré comme l'un des hommes les plus dangereux de Maurice

Des relations troubles entre certains ministres et des groupuscules musulmans extrémistes

 
La responsabilité du gouvernement et des forces policières ont été mises en cause par de nombreux hommes politiques et par certains médias suite à son refus d'arrêter immédiatement Javed Meetoo lors de cette manifestation illégale, connaissant ses actions répétées pour déstabiliser le pays.

Leur silence est-il lié aux relations troubles de certains ministres avec des groupuscules de musulmans extrémistes. Comme par exemple entre la Voix musulmane et l'ancien vice-Premier ministre Showkutally Soodhun ainsi que de sa fidèle lieutenant Roubina Jadoo-Jaunbocus, devenue entre temps ministre de l'Egalité du genre et de la famille !

Ils ont été aperçus plusieurs fois notamment lors d'un dîner organisé pour célébrer l'ouverture de l'ambassade de Maurice en Arabie saoudite et lors de réunions nocturnes avec, pour toile de fond, des pavillons arabes ainsi que le portrait du roi d'Arabie saoudite en signe d'allégeance.

Un leader soupçonné dans l'affaire des tirs sur l'ambassade de France

Le leader de la Voix musulmane a souvent fait la Une de la presse mauricienne et pas vraiment pour les bonnes raisons. Il fut interpellé, perquisitionné et interrogé lors des tirs par balles sur les murs de l'ambassade de France.

Prêcheur, exorciste et accessoirement travailleur social, il avait été arrêté à la suite de la réouverture, 19 ans après, de l'enquête sur le triple assassinat de la rue Gorah Issac, à Plaine-verte. Il avait été soupçonné d'avoir fourni des armes dans cette affaire mais sans qu'il ne soit finalement inquiété, aucune charge n'ayant été retenue contre lui.
 
Fin 2014, les services de renseignement mauriciens ont découvert qu'une poignée de musulmans de nationalité mauricienne s'étaient rendus en Syrie et en Irak pour se battre aux côtés de l'État islamique autoproclamé. Beaucoup de ces recrues djihadistes étaient influencées et facilitées par un petit réseau d'idéologues. Les renseignements recueillis ont identifié un individu en particulier, Javed Meetoo, leader du réseau.
 
Les autorités mauriciennes, on l'a appris, ont suivi de près les efforts de Metoo pour construire son mouvement. Un grand nombre des détails dans l'article de David Ucko ont été fournis par un haut fonctionnaire du gouvernement travaillant sur les efforts antiterroristes nationaux. 
 
En octobre 2015, Meetoo a créé sa propre communauté sous l'appellation Abu Faaris, qui a rapidement établi des liens avec deux groupes sociaux islamistes, Zam Zam et Al Huda Wan Noor, qui sympathisent tous deux avec l'idéologie de l'État islamique. Depuis, les discours publics de Meetoo faisant la promotion de la charia sont devenus plus importants. Des signes ont montré que ces efforts de radicalisation ont porté leurs fruits, en particulier chez les jeunes Mauriciens, parmi lesquels les convertis à l'Islam et ceux qui sont influencés par des incitations financières ou autres.



Le pays est sens dessus dessous. Le pays est dans les flammes. Le pays est malade. La seule solution: la Charia
Le pays est sens dessus dessous. Le pays est dans les flammes. Le pays est malade. La seule solution: la Charia

Des menaces sur le tourisme mauricien

Cette tendance générale augmente le risque d'attaques contre des cibles occidentales sur l'île, connue pour son tourisme international, et contre le gouvernement lui-même, qui adopte généralement des politiques progressistes et pro-occidentales. Bien que Maurice n'ait pas connu d'attaques terroristes à ce jour, les tensions ethniques existent et fournissent le terreau idéal pour une éventuelle escalade.

Toute violence terroriste compromettrait le tourisme à Maurice -la source principale de revenus de l'île- et mettrait à rude épreuve sa stabilité politique.

 
L'extrémiste islamiste représente donc une réelle menace de sécurité. Plus largement, les efforts déployés à Maurice pour radicaliser et recruter des adeptes soulignent la vulnérabilité des sociétés multi-ethniques face aux défis posés par les politiques identitaires. Ces défis sont particulièrement aigus lorsque, comme à Maurice, le pouvoir politique est divisé explicitement selon des lignes ethniques ou religieuses.

De nombreux partis ou "centres" islamiques pour enrôler de nouvelles recrues
 
Au début des années 1990, le Zam Zam Islamic Centre, financé avec de l'argent saoudien, est apparu comme une organisation de la société civile islamiste apparemment non violente, engagée dans la mobilisation de la communauté musulmane.
 
En 1999, Al Huda Wan Noor a été créée en tant qu'organisation salafiste cherchant à éduquer et informer les musulmans mauriciens des enseignements et pratiques islamiques "appropriés". Ces organisations sont toujours actives à Maurice et bénéficient de liens étroits avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan.
 
C'est également dans les années 1990 que Cehl Meeah, a créé le parti Hizbullah, cherchant à défier la domination hindoue-créole au sein du gouvernement. Le parti a remporté cinq sièges à Port-Louis, la capitale, lors des élections municipales de 1996.

Un escadron de la mort pille des banques et commet des meurtres
 
En 2000, le Hezbollah a établi un "escadron de la mort" impliquant sept de ses membres. L'équipe a mis en place un camp d'entraînement dans le sud de l'ile et s'est livré à des vols de banques et à un certain nombre de meurtres à motivation politique. Lors d'une chasse à l'homme, trois membres d'un escadron de la mort se sont donné la mort, tandis que les quatre autres ont été arrêtés. L'enquête qui a suivi a impliqué Cehl, lui-même comme l'instigateur de l'unité, menant à son emprisonnement de 2000 à 2003, puis relâché en raison d'un manque de preuves.
 
Cet épisode a exercé une pression considérable sur les relations inter-communautaires. Pour le gouvernement, c'était un effort pour maintenir la loi et l'ordre, mais Cehl et ses partisans l'ont vu comme une répression politique. Les supposées conditions abusives auxquelles Cehl a été confronté pendant son incarcération, y compris des allégations de torture, ont contribué à enflammer les tensions. Depuis sa libération, Cehl continue de s'engager dans la politique et a formé un nouveau parti, le Front Solidarité Mauricien, ou FSM.
 
L'islamisme a donc clairement pris pied à Maurice. Même s'ils manquent le soutien de masse, les leaders islamistes ont les ressources financières et les réseaux nécessaires pour se mobiliser à chaque fois que l'occasion se présente.

Tout est prétexte à radicalisation

Au sein d'une politique multi-ethnique qui doit à tout moment équilibrer les intérêts communaux, il n'est pas difficile de trouver les causes et les incidents nécessaires autour desquels se fédérer et manifester.

Par exemple, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, la proposition de promulgation d'une loi sur la prévention du terrorisme est devenue un point critique majeur. Les dirigeants musulmans ont fait valoir que la nouvelle politique viserait injustement la communauté musulmane, étant donné la tendance à confondre le terrorisme et l'islam, en particulier en Occident. En l'occurrence, le président Cassam Uteem, un musulman, a refusé d'approuver la nouvelle loi et a démissionné en solidarité avec la communauté musulmane. Les tensions ont augmenté lorsque le juge en chef Pillay de l'époque a poursuivi le projet de loi.

De vives tensions entre hindous et musulmans
 
Ces dernières années, les relations hindou-musulmanes ont été marquées par des tensions accrues. De nombreux actes de vandalisme ont été perpétrés dans des mosquées, des temples hindous et des bâtiments publics ciblés.
 
Malgré ces tensions, la grande majorité des musulmans mauriciens vivent en harmonie. Pourtant, une combinaison de frustration communautaire et de nationalisme religieux a poussé certains, dirigés par Meetoo, à faire campagne pour plus de droits pour les musulmans et pour un plus grand rôle de la religion dans la vie publique.




"Attention rappelez vous de la punition de Sodome et Gomorrhe" et "LGBT crime contre l'humanité. Où se trouve l'avenir des hommes par ces pervers? Votre silence est une approbation"

Des partisans d'Al-Qaïda et de l'Etat islamique

Pour cette minorité, l'émergence d'Al-Qaïda et de l'État islamique a accéléré le processus de radicalisation et fourni des arguments prêts à l'emploi pour rechercher de nouveaux adeptes. 

 
Meetoo est un adepte de l'interprétation stricte de l'islam par les Tahweed qui, tout comme l'idéologie de l'État islamique et d'Al-Qaïda, condamnent les adhérents des autres sectes musulmanes comme des apostats. Il est un ardent défenseur pour mettre en œuvre la loi de la Charia à Maurice afin de protéger les musulmans et leur mode de vie des vices de l'impureté, du capital et de l'influence occidentale.
 
Il a obtenu sa maîtrise et son doctorat à l'Université islamique internationale d'Islamabad au Pakistan. De là, il s'est rendu en Afghanistan, sous la direction des Talibans, pour donner des conférences aux étudiants, et il a également enseigné à l'Académie des Etudes Supérieures de Doha à Maurice.
 
En 2015, il est parti, avec sa famille, au Moyen-Orient, espérant probablement s'installer dans les régions contrôlées par l'État islamique en Syrie. De Turquie, la famille est retournée à Maurice, où les autorités, incapables de condamner Meetoo pour des accusations de terrorisme, ont surveillé de près ses activités. Agé de 40 ans, Metoo a fait carrière en tant qu'homme d'affaires et vit à Port Louis avec sa femme et ses quatre enfants.
 
À ce jour, la stratégie de Meetoo s'est limitée au prosélytisme. Les dimanches et jours fériés, son organisation, Abu Faaris, distribue des brochures dans toute l'île. De plus, le groupe mène des démarches de porte à porte auprès des communautés non musulmanes pour encourager la reconversion. 

Meetoo a porte ouverte dans nombre de mosquées
 
Meetoo et les membres de son groupe ont l'habitude de tenir des conférences et des prières en plein air, où ils ont par le passé affiché la bannière de l'État islamique. Au cours de ces rassemblements, ils encouragent les personnes rassemblées à s'unir et à lutter contre les communautés non-musulmanes pour venger le sang musulman répandu dans le "califat" de l'État islamique.
 
Meetoo apporte également son message aux mosquées locales, où il est souvent autorisé à parler après la prière. À mesure que les fidèles plus âgés, généralement plus modérés, partent, Meetoo se retrouve avec un petit groupe d'élèves plus jeunes qui sont plus facilement manipulés. Le message de Meetoo est ponctué par la projection de films de victimes syriennes, principalement des enfants qui meurent sous les bombardements, afin de transmettre un sentiment d'oppression occidentale.

Meetoo a reçu une plate-forme dans d'autres mosquées et forums, où il fabrique une image du "vrai homme musulman" dénonçant l'injustice et luttant pour la dignité.
 
Ces conférences sont complétées par une propagande en ligne
 
Deux sites Web islamiques, "Islaampure" et "Islam4Mauritius", ont récemment présenté une propagande critiquant le multiculturalisme du pays et promouvant la vision d'une théocratie islamiste et gouvernée par la charia.

Dans une récente vidéo YouTube (maintenant supprimée), un Tamoul converti à l'islam qui a pris comme nom de guerre Abu Shuaib al-Afriki, loue les merveilles de l'Etat islamique et propose de faciliter le voyage des extrémistes mauriciens vers la Syrie. En créole, al-Afriqi dénonce les vices de la société occidentale et exhorte les autres musulmans à remplir leur devoir religieux et à soutenir l'État islamique.
 
Une autre approche de Meetoo consiste à défier les chercheurs locaux sur des sujets islamiques controversés dans les médias. Jusqu'à présent, peu de représentants musulmans lui ont accordé beaucoup d'attention, mais il a lancé une campagne dans les médias sociaux pour exprimer ses critiques plus agressivement. Ses sites Web, bien qu'ils ne violent officiellement aucune loi, sont un véhicule de propagande de l'État islamique, y compris son magazine Dabiq, ainsi que d'autres sources en ligne.
 
Le succès de Meetoo a incité le gouvernement à l'empêcher d'entrer dans une mosquée de la capitale en 2015. Cette initiative a incité Meetoo à créer sa propre structure, l'Institut Abu Faaris, pour soutenir les efforts de recrutement et le prosélytisme avec l'aide de 135 membres. Parce que bon nombre de ces membres, y compris Meetoo lui-même, sont issus du monde des affaires, ils ont accès à des fonds importants qui sont utilisés pour attirer de nouvelles recrues.

Pour élargir sa portée, Abu Faaris s'est associé au Centre islamique de Zam Zam et à Al Huda Wan Noor, qui partagent une idéologie largement similaire. Sachant que ces groupes exploitent des madrasas à travers le pays, de tels partenariats constituent un moyen supplémentaire d'atteindre et de radicaliser la jeunesse mauricienne.
 
Jusqu'à récemment, les autorités étaient principalement préoccupées par la menace des citoyens mauriciens voyageant pour rejoindre l'État islamique. À long terme, l'endoctrinement potentiel des jeunes du pays équivaut à un défi générationnel que le gouvernement doit apprendre à contrer.

S'il ne le fait pas, c'est tout l'équilibre entre les différentes communautés et entre les différentes religions de l'ile qui risquerait d'être mis à mal. Avec des conséquences très graves dans un pays où la religion hindoue occupe une place prépondérante, que ce soit dans la société civile, dans la politique ou les médias. Mais aussi, on l'a vu, en matière économique. Il suffit d'imaginer les conséquences d'une vague d'attentats sur le tourisme, et donc sur l'économie de l'ile très dépendante du tourisme.

Autant de raisons qui devraient inciter le gouvernement à agir, et vite. Et autant de raisons qui font que l'on ne comprend pas son absence de réaction.
 
Cet article a été réalisé en se basant notamment sur les travaux de David H. Ucko, directeur du Programme de lutte contre le terrorisme (CTFP) et professeur agrégé au College of International Security Affairs de la National Defence University à Maurice. Il est également professeur adjoint à la Johns Hopkins University et agrégé auxiliaire au département des études de la guerre du King's College de Londres. Il avait déjà alerté sur le phénomène dans un rapport intitulé : "Trouble in Paradise : Mauritius tries to ward off islamic radicalization" en 2017.

 

Pages