Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La fracturation hydraulique à l’origine d'un tremblement de terre en Colombie-Britannique

La fracturation hydraulique à l’origine d'un tremblement de terre en Colombie-Britannique

FORT ST. JOHN, C.-B. | Un tremblement de terre survenu dans la région de Fort St. John, dans l’est de la province, à la fin de novembre a été causé par des opérations de fracturation hydraulique, a fait savoir cette semaine la Commission du pétrole et du gaz de la Colombie-Britannique (OGC).

La Commission a expliqué avoir tiré cette conclusion après avoir constaté que l’entreprise Canadian Natural Resources (CNRL) procédait à une fracturation hydraulique, destinée à de la prospection pétrolière, au moment du séisme et que les épicentres et les plus forts rapports «ressentis» se trouvaient à proximité de deux puits de l’entreprise.

Le 29 novembre, la ville de Fort St. John et le district Peace Region, en Colombie-Britannique, ont été frappés par une succession rapide de tremblements de terre atteignant une magnitude de 4,5.

Après les épisodes sismiques, CNRL a immédiatement suspendu ses activités de fracturation et a par la suite coopéré avec les autorités. C’est seulement après un examen technique détaillé que les opérations pourront reprendre.

Ce n’est pas la première fois dans cette région proche de l’Alberta que la commission conclut que la fracturation hydraulique à l’origine d’un tremblement de terre.

Pages