Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La Kanaky (Nouvelle-Calédonie) parviendra-t-elle à déboulonner le statut ?

      La Kanaky (Nouvelle-Calédonie) parviendra-t-elle à déboulonner le statut ?

 Le 04 octobre prochain se déroulera le deuxième référendum sur l'accession ou non de la Kanaky à la peine et entière souveraineté

  Un premier référendum avait eu lieu le 04 novembre 2018 et avait vu la victoire du "NON" par 56,40%. Au cas où le "NON" l'emporterait une seconde fois, un troisième et dernier référendum se tiendra en 2021. Cela suite à l'accord passé entre les indépendantistes du FLNKS (Front de Libération Nationale pour une Kanaky souveraine) et les partisans du maintien dans l'ensemble français du RPCR (Rassemblement pour la Calédonie dans la République).
 En fait, l'électorat est divisé presque en deux : les Kanaks ou autochtones mélanésiens, majoritairement favorables à l'indépendance et les Caldoches ou Békés calédoniens majoritairement favorables au statut-quo. Sauf qu'aux Caldoches, il faut ajouter une importante et assez ancienne immigration tahitienne, wallisienne, réunionnaise et même antillaise. Sans même parler des Français de France installés dans le pays depuis 20 ou 30 ans. Du coup, les Kanaks, le peuple originel, se retrouvent minoritaires sur son propre sol.  
  Si l'anachronisme qui consiste pour la France, en plein XXIe siècle, à posséder une colonie située aux antipodes semble ne pas pouvoir perdurer ad vitam aeternam, il ne faut pas oublier le cas des îles Hawaï, possession américaine (lieu de naissance de Barak Obama soit dit en passant) situées elles aussi aux antipodes des Etats-Unis. Ces îles ont fini par subir ce qu'Edouard Glissant appelle dans Le Discours antillais (1981), "un processus d'hawaïsation". Il renvoie au fait que les Hawaïens autochtones ont été progressivement mais inexorablement noyés sous des vagues d'immigrants américains, japonais et d'autres originaires d'îles du Pacifique.
 C'est ce qui pend au nez des Kanaks si jamais il perdent le deuxième puis le troisième référendum.
  C'est ce qui nous pend aussi au nez, à nous Martiniquais qui, semble-t-il, préférons déboulonner des statues au lieu de déboulonner le statut de 1946 bien que ce dernier soit devenu complètement obsolète. Pourtant, il aurait suffi d'une étincelle d'intelligence de part et d'autre pour qu'en Kanaky comme en Martinique, les choses se débloquent : l'indépendance dans l'amitié avec la France. Sans délires anti-Blanc, sans haines recuites contre les Békés et les Caldoches, sans revanchardisme noiriste. Et évidemment, la première, la toute première étincelle aurait dû venir de l'Etat français et des Caldoches en Kanaky ainsi que des Békés chez nous. Une étincelle d'intelligence mais aussi de sincérité. Dès lors, Kanaks et Martiniquais noirs pourraient alors à leur tour tendre la main.  
  Or, c'est le contraire qui se passe !
 L'Etat français continue imperturbablement son grand rêve impérial aux quatre coins de la planète. Les Caldoches et Békés, eux, s'enferment dans le déni de réalité. Ces deux attitudes sont tout simplement suicidaires à moyen terme en Kanaky et à long terme en Martinique. Elles sont grosses de conflits violents qui se sont déjà sporadiquement déroulés dans le passé et qui deviendront forcément plus fréquents et plus durs dans l'avenir.
  Pli ta, plis tris, comme le dit sobrement la langue créole...

Commentaires

Michel P. | 11/09/2020 - 12:25 :
La comparaison avec les Canaques atteint vite ses limites. (1) Les Canaques sont les autochtones de Nouvelle-Calédonie. Les autochtones de Martinique sont les Arawaks, aujourd'hui disparus. Tous les habitants de Martinique, sans exception, sont d'origine extérieure. (2) On dit que la population canaque et celle des autres habitants de Nouvelle-Calédonie s'équivaudraient. Je n'en sais rien. Mais en Martinique, les blancs sont ultra minoritaires. (3) Les scrutins à caractère statutaire organisés en Martinique n'ont pas marqué (jusqu'à présent) une orientation vers l'indépendance, ni même vers l'autonomie. La Martinique a voté pour l'article 73 sans qu'on puisse l'imputer aux blancs.
Tibwachoc | 11/09/2020 - 15:01 :
Attention à ne pas écrire n'importe quoi les amis. Je suis d'origine antillaise et j'ai vécu en tribu. Je connais la kanaky. Quand vous comparez les békés aux caldoches vous faite une grossière erreur en amalgamant les couleurs de peau. Le caldoche est un descendent de bagnard déporté (ou victime) jadis de l'état français. Au regard de l'histoire le caldoche à donc plus de points commun avec l'antillais lui aussi jadis déporté, que l'antillais ne pourrait en avoir avec le kanak. Pour avoir cherché du travail là bas, et toujours été rejeté discriminé à cause de mes locks, je peux vous dire que ce n'était pas le fait des caldoches mais des blancs métro venus bien après la période du bagne pour faire du fric et chercher le soleil.ce sont d'ailleurs bien souvent ces mêmes blancs métro qui prient pour garder la kanaky dans le giron de la France et garder leurs avantages.Quant aux vrais caldoches broussards certains d'entre-eux maudissent l'état français et ont du ressentiment, tout comme l'antillais peut parfois en avoir. Que vivent mes frères et soeurs de kanaky tribu Tiéti.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages