Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LA MARTINIQUE TELLE QU’ELLE EST…

LA MARTINIQUE TELLE QU’ELLE EST…

En ces lendemains de consultations référendaires où les « vainqueurs » - ceux qui avaient appelé à voter « NON » le 10 janvier et « OUI » le 24 » - osent à peine se regarder dans un miroir, honteux qu’ils sont de leur misérable victoire laquelle n’est autre qu’une forme d’humiliation de la Martinique, il est bon d’ausculter cette dernière au quotidien.

D’examiner quelques petits faits ici et là…

Dans une banque du sud de l’île, le 11 janvier au matin, au lendemain de la première consultation donc : des clients font la queue, majoritairement antillais. Devant, non loin du guichet, un Métro, et en bout de queue, un autre Métro. Le premier lance au second, à la cantonade et hilare :

« Depuis 22 ans que j’habite la Martinique, c’est le plus beau jour de ma vie ! »

Les clients antillais regardent ailleurs ou fond le dos rond…

Dans le magazine français « Télérama » (semaine du 11 au 16 janvier), un article d’une journaliste appelée Anizon entièrement consacrée à la campagne électorale à Saint-Anne et à la personne de Garcin Malsa, son maire écolo-souverainiste. Elle décrit (photo à l’appui) l’abattement de ce dernier lorsqu’il apprend l’ampleur du « NON » (près de 80%) au soir du 10 janvier. Quelques lignes plus loin, la journaliste fait parler un Béké, un certain De Gentile, propriétaire terrien à Saint-Anne :

« Garcin Malsa n’est là que pour un temps. Nous, la classe békée, nous sommes là pour toujours ! »

Il poursuit à propos du récent mariage d’une fille békée avec un Noir :

« Oh, il n’est pas très noir !...Mais vous savez, ma servante, qui est noire, m’a dit : « Mais monsieur De Gentile, vous n’allez tout de même pas assister à ce mariage ! Le marié est noir… »

Le Béké De Gentile espère sans doute, après ce « cri d’amour envers la France » (dixit Sarkozy) que représente ce vote à 80% contre le début d’autonomie, pouvoir enfin, lorsque Garcin Malsa ne sera plus élu, utiliser les terres qu’il possède à Saint-Anne à autre chose qu’à l’élevage et l’agriculture, activités peu lucratives s’il en est.

Dans une école maternelle : un parent dépose son enfant à la garderie du matin, vers 7h, lorsqu’il entend l’une des « taties » (gardiennes) crier à un enfant :

« On ne parle pas créole ici ! »

Le parent s’insurge mais trois taties (toutes âgées de moins de 30 ans) lui volent dans les plumes. L’une surexcitée, hurle presque :

« Ici, à la garderie, pas de créole ! Vous entendez ? Pas de créole !...Il y a une Journée du Créole, ça suffit bien ! »

Dans une thèse de doctorat qui va bientôt être soutenue sur le campus de Schoelcher, sous la direction du professeur Jean Bernabé, il est démontré, enquêtes à l’appui, que c’est à l’école maternelle que le créole est le plus fortement stigmatisé et que, la plupart du temps, ce ne sont pas les professeurs des écoles (instituteurs/institutrices) qui sont les responsables, mais les « taties »…

Peuple enténébré…

Commentaires

ibilavache | 29/01/2010 - 07:45 :
en parlant de peuple entenebré, Comme diraient des personnes en parlant d' autres personnes: "yo péké fouté nou con cuba ou Ayti, fout !" ( ils ne vont pas nous mettre comme cuba ou haiti) " yo en tchou en cuba, yo en tchou ayti... diyo allé vive labaa si sa si bon !" ( ils ne parlent que de cuba ou haiti, qu'ils partent vive la bas si c'est si bien.) " apré ces bétchéa cé nous yo ké fouté cout koutla" ( apres les békés, c'est nous qui allons recevoir les coups de coutelas) "yo independentiste d'apré yo... diyo pa prend lagen-en la france la ! yo toutes fonctionais, épi cé ou yo ka critiké si ou ni en rmi" ( ils sont independentistes a ce qu'ils disent... ditent leur de ne pas prendre l'argent de la france ! ils sont tous fonctionnaires, et puis c'est toi qu'ils critiquent si tu as un rmi) Mon dieu quel pays ! mais que j'aime ma petite Martinique doudou-cherie... car il y a comme une sagesse brute au fond de se peuple.
leandre | 30/01/2010 - 18:20 :
De toute façon, Cuba c'est Cuba, Haïti c'est Haïti et Martinique c'est Martinique. La Martinique ne peut ressembler qu'à elle même et rien d'autre.
ibilavache | 30/01/2010 - 22:04 :
vous avez parfaitement raison ! quelle idée de faire cette comparaison: Cuba : 11 423 952 habitants (2008) 110 861 km2 un pays avec une population, une classe politique et une elite qui a su gerer au plus pret le peu de ressources a disposition... Haiti : 10 072 492 habitants (2009... avant seisme.) 27 750 km2 un pays avec (seulement) une population qui a su gerer au plus pret le peu de ressources a disposition... La Martinique ? Martinique : 397 730 habitants (2007) 1 128 km² un "pays" avec une population qui vit majoritairement au dessus de ses moyens, une classe politique qui se debat pour gerer convenablement les ressources mis a disposition de la Republique. une elite composée d "artistes" ou de fonctionnaires independantistes... des hommes ou femmes d'affaires surtout béké... ( si ils ne sont plus la peut-etre que nos artistes ou nos independantistes fonctionnaires pouront prendre la reléve...) bref, vous avez raison rien a voir...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages