Accueil

LA VENUE DE MEDECINS CUBAINS SIGNE L'ECHEC DE L'ASSIMILATION

LA VENUE DE MEDECINS CUBAINS SIGNE L'ECHEC DE L'ASSIMILATION

 La Martinique est censée faire partie intégrante de la 5è puissance économique mondiale. Elle est aussi réputée disposer du plus haut niveau de vie de la Caraïbe.

 Pourtant la voilà, toute honte bue obligée de faire appel à des médecins cubains pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus. Oui, toute honte bue (mais ce sentiment n'atteint apparemment pas la sénatrice du PPM C. CONCONNE qui se flatte d'avoir été la première parlementaire ultramarine à avoir fait ladite demande) car enfin le PIB par habitant de Cuba est d'environ 6.000 dollars alors que celui de la Martinique est de...22.000 dollars. Soit plus de 3 fois supérieur !
 Pour donner une vision encore plus frappante de la situation, faisons une autre comparaison avec un autre pays caribéen : le budget du seul hôpital de La Meynard est équivalent à celui de...l'Etat saint-lucien. Encore plus frappant et à un niveau plus trivial : 160.000 personnes possèdent une voiture en Martinique et 45.000 en sont dépourvues, soit une moyenne de 3 voitures par ménage. Et ne parlons même pas des Fonds européens que nous n'arrivons pas à consommer totalement en fin d'année et qui repartent à Bruxelles !
 Bref, de quelque côté que l'on se tourne et en bonne logique, c'est la "riche" Martinique qui aurait dû venir au secours de ses "pauvres" voisins caribéens et non l'inverse. Comment comprendre pareille incongruité ? Là, on est contraint de se pencher sur la loi de Départementalisation/Assimilation rapportée en 1946 par le député Aimé CESAIRE et votée par l'Assemblée nationale française. Cette transformation, appliquée aussi aux trois autres "vieilles colonies", selon l'expression consacrée, que sont la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion, était censée permettre leur développement conçu comme un rattrapage avec celui de la "Métropole". Ce qui était d'emblée absurde ! Car on ne "rattrape" pas 7.000kms de distance. On ne "rattrape" pas une histoire différente, une culture différente, une "race" différente.
 Et si rattrapage il y a effectivement eu, ce fut de manière tout à fait artificielle et de toute façon incomplète : Sécurité sociale, allocations familiales, 40% des fonctionnaires, impôts moins élevés et électricité moins chère que dans la métropole, subventions massives aux Békés et autres chefs d'entreprise etc...Artificielle parce que cette élévation conséquente du niveau de vie par rapport à l'époque coloniale (celle d'avant 1946 donc) ne reposait sur aucune base économique puisque tous les secteurs productifs (canne, banane, rhum etc.) devaient être tenus à bout de bras par de multiples exonérations, défiscalisations et autres subventions. Une véritable transfusion sanguine financière qui au lieu de rétablir le malade l'enfonçait davantage dans sa maladie tout en lui donnant l'illusion qu'il se portait désormais mieux.
 La Martinique départementalisée/régionalisée fut et est encore une illusion. Les Martiniquais sont des Koweïtiens sans pétrole.
 Car tandis que dans l'après-deuxième guerre mondiale, la France vivait ses "Trente glorieuses", la Martinique, elle", entamait ses "Trente désastreuses" : fermeture des usines à sucre et des distilleries, chômage massif et exode à Fort-de-France (Trénelle, Volga-Plage etc.), puis en France (par le biais du BUMIDOM), instauration d'une économie de comptoir au sein de laquelle l'importation domine de façon écrasante l'exportation etc. Qui se souvient, pour ne prendre que ce seul exemple, que la Martinique disposait de 200kms de voies ferrées pour transporter la canne à sucre ? Il ne s'agit pas de célébrer l'économie coloniale et de prétendre que l'avant-1946 était meilleur. L'exploitation des travailleurs y était féroce et la misère partout, notamment dans les campagnes. il s'agit de dire que pour sortir de cette économie coloniale, nous avons fait un mauvais choix avec la Départementalisation/Assimilation. Que nous aurions dû avoir choisi une toute autre voie que ce "rattrapage" artificiel. Le député guadeloupéen Paul VALENTINO, qui s'était fortement opposé à la loi présentée par Aimé CESAIRE, se révèle être aujourd'hui un visionnaire.
 Aujourd'hui, l'artificiellement riche Martinique est obligée de faire appel à Cuba. Et nos politiciens (nes) n'y trouvent rien à y redire. Ils et elles  la sollicitent même à grands cris, cette aide. La honte ! Question subsidiaire : à quoi cela nous sert-il d'avoir une Faculté de médecine ?

Commentaires

michel mirgan | 27/03/2020 - 13:49 :
Titre particulièrement outrancier sans aucun rapport avec la réalité ." L'indépendantiste" Grubo se félicitait ce matin des mesures mises en place pour protéger les "Français" !!!! Paul Valentino est "visionnaire" car on a fait venir des médecins cubains? Quel rapport??Je fais observer que NOUS RESTONS DÉPENDANTS puisque on fait venir des médecins non-Martiniquais de l’extérieur.
Jan-Lou Féfé OKA | 27/03/2020 - 20:04 :
Non michel mirgan, l'assimilation nous a éloigné d'une coopération naturelle avec nos voisins environnants. Nous sommes avant toute chose des caribéens.

Pages