Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le melon de Guadeloupe et Martinique menacé par la baisse du trafic aérien

Le melon de Guadeloupe et Martinique menacé par la baisse du trafic aérien

(AFP) - En pleine saison de production, les melons de Guadeloupe et de Martinique, vendus en majorité à l'export, pâtissent de la réduction du trafic aérien liée à l'épidémie de coronavirus, déplore jeudi la Région Guadeloupe qui a débloqué plus de 350.000 euros pour financer le surcoût des vols affrétés.

"La crise sanitaire liée au virus Covid-19 a un impact économique très lourd sur la filière melon aux Antilles et risque d'entraîner la faillite de Caraïbes Melonniers, l'organisation de producteurs de cette filière", qui regroupe 20 exploitants de melons, dont 16 en Guadeloupe et 4 en Martinique, explique la région Guadeloupe dans un communiqué.

Pour 2020, Caraïbes Melonniers avait prévu de produire "3.250 tonnes de melons en Guadeloupe", dont 2.250 tonnes pour l'export, soit près de 70% de sa production.

La période d'exportation s'étale de fin janvier à mai, "avec un pic entre avril et début mai", et les expéditions, par avion sur les vols passagers, "sont généralement assurées par plusieurs compagnies".

Mais depuis le 23 mars "le trafic aérien entre les Antilles et le marché national est très fortement réduit" à cause de l'épidémie, et seule Air France assure des rotations, "limitées à deux vols hebdomadaires et avec des tarifs très augmentés", note la Région.

Caraïbes Melonniers et son exportateur ont pu affréter des vols complémentaires avec une autre compagnie, "mais ce fret entraîne un surcoût important", que la Région va prendre en charge pour "quatre vols", pour un total de "354.850 euros".

Ces quatre vols, qui transporteront un total de 134 tonnes de melons, permettront "de compenser en partie le manque à gagner", mais aussi de "préserver le marché national, face à la concurrence des importations du Maroc ou d'Espagnmelone", explique l'institution régionale.

Parallèlement, une distribution locale de 1.500 cartons de melons est prévue en faveur des familles dans le besoin, précise la région.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages