Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE PARLEMENT BELGE CHOISIT MARWAN BARGHOUTI POUR LE PRIX NOBEL DE LA PAIX

http://oumma.com/

Les dirigeants du parlement belge, toutes tendances confondues, ont envoyé une lettre au comité norvégien du prix Nobel de la Paix pour que celui-ci soit remis au prisonnier politique condamné à la perpétuité par l’occupant israélien, estimant qu’il est le "Mandela Palestinien".

“La paix exige la libération de Marwan Barghouti et celle de tous les prisonniers politiques, comme celle de l’ensemble du peuple palestinien, qui vit sous occupation depuis des décennies", ont-ils écrit mercredi dans cette lettre.

 

“En accordant le prix Nobel de la Paix à une personne qui symbolise la lutte du peuple palestinien pour la liberté, mais aussi leur aspiration à vivre en paix, un leader qui a la capacité d’unir les Palestiniens autour d’un projet politique qui s’appuie sur le droit international et le retour aux frontières de 1967, menacées par la colonisation galopante et l’absence d’horizon politique, le Comité du Prix Nobel de la Paix contribuerait à faire revivre l’indispensable espoir de sortir de l’impasse politique actuelle".

 

Cette lettre rappelle également la "Déclaration de Robben Island" de 2013, signée par huit prix Nobel de la Paix, ainsi que le président Jimmy Carter et le Sud-Africain Ahmed Kathrada, à l’intérieur de la cellule occupée durant 27 ans par Nelson Mandela dans la vieille prison de Robben Island.

 

C’est la troisième fois en cette année 2016, que’une telle demande est formulée, après celle de l’ancien prix Nobel de la Paix, Adolfo Perez Esquivel, artiste et symbole de la lutte contre les dictatures latino-américaines, et celle du Parlement arabe.

 

En avril de l’an dernier, la Ligue Tunisienne pour les Droits de l’Homme, qui avait reçu le prix Nobel pour sa promotion du dialogue à intérieur du pays, l’avait remis à l’épouse de Marwan Barghouti, lors d’une cérémonie à l’ambassade de Tunisie.

 

Et le parlement tunisien a également exprimé son soutien à la nomination de Marwan Barghouti, emprisonné depuis 15 ans, pour le prix Nobel de la Paix, et condamné à perpétuité pour "son implication dans des meurtres lors de la 2ème intifada", meurtres qu’il n’a jamais commis.

 

Barghouti avait été élu membre du parlement palestinien en 1996, et sa lutte contre l’occupant était politique. De même, il continue à être actif politiquement derrière les barreaux où il milite pour un gouvernement palestinien d’unité nationale, et la fin du blocus de Gaza.

 

Un sondage en Palestine a montré sa popularité et le voeu qu’il remplace Mahmoud Abbas, dont la démission est très largement demandée par la population.

 

Dans un article qu’il avait réussi à faire passer au quotidien britannique, The Guardian, l’an dernier, Marwan Barghouti rappelait qu’il luttait pour l’indépendance de la Palestine depuis 40 ans et avait été emprisonné par Israel dès l’âge de 15 ans, passant au total 20 ans de sa vie en prison. "Et toutes ces années derrière les barreaux m’ont encore plus convaincu que le dernier jour de l’occupation sera le premier jour de paix", écrivait-il.

 

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

 

Source : Maan News Agency

 

CAPJPO-EuroPalestine

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages