Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE PPM PREND UNE BAFFE MAGISTRALE A RIVIERE-SALEE

Les résultats de l’élection municipale de la ville de Rivière-Salée (Martinique) n’ont guère apporté qu’une seule et unique surprise : la baffe magistrale qu’a prise le candidat du PPM (Parti Progressiste Martiniquais), Daniel ROBIN, avec un score plus que modeste de 396 voix. Lors de l’élection précédente, il avait fait le double de voix et s’était retrouvé au second tour. Cette fois-ci, ROBIN se trouve éliminé dès le premier tour.

En bon créole, cela s’appelle un « palaviré ».

Mieux : son nombre de voix est inférieur à celui qui sépare les deux candidats restés en lice pour le deuxième round à savoir André LESUEUR de l’UMP (2794 voix) et Félix DUVILLE du MIM (Mouvement Indépendantiste Martiniquais, 2519 voix). Ce qui ne signifie pas pour autant que les voix-PPM seront négligeables dans la bataille finale. Loin de là…

Et c’est là une excellente occasion qui nous est donnée d’observer le comportement du parti de Serge LETCHIMY, député-maire de Fort-de-France et héritier du grand Aimé CESAIRE. Demandera-t-il à son candidat saléen de ne pas se prononcer ? De laisser ses électeurs libres de leur choix pour le second tour, selon la formule convenue ? Ce serait là l’attitude la plus facile, la plus confortable et, disons-le franchement, la plus démagogique.

Mais ce serait aussi un coup de poignard donné au camp anti-assimilationniste, au camp de la Martinique qui veut « sortir hors des jours étrangers », ce vaste camp qui regroupe démocrates sans parti, progressistes, partisans du RDM, du MIM, du CNCP, du MODEMAS, de BATIR etc…

Camp traversé certes par des divergences, parfois de profondes divergences comme celui opposant les pro-74 (RDM-MIM et alliés d’un côté) et pro-73 constitutionnalisé (PPM) de l’autre, mais camp qui ne peut pas, camp qui ne doit pas, qui ne doit en aucun cas, faire le jeu de la Droite, de l’UMP et des assimilationnistes lesquels nient l’existence du peuple martiniquais et foulent au pied son identité.

La question est donc simple, nette et claire : le PPM fera-t-il le jeu de la Droite réactionnaire en ne donnant aucune consigne de vote à ses électeurs lors du second tour de l’élection municipale de Rivière-Salée ?

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages