Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE PROCÈS DE LA DISCRIMINATION MÉMORIELLE

Par Gilbert Léonard
LE PROCÈS DE LA DISCRIMINATION MÉMORIELLE

Alors que le Président de la République Française instaure dans nos
écoles primaires la discrimination mémorielle,
Alors qu'il [ab]use de son pouvoir pour hisser une mémoire douloureuse
de France au rang de 'universel' et relègue ainsi les autres mémoires
douloureuses de France au rang de détails 'qu'il ne faut pas ressasser
sans cesse, car expliquait-il, la France ne passera pas son temps à la
repentance [quel aveu de culpabilité tout de même!]',

Cette semaine, un fils d'Africains déportés et esclavisés durant des
siècles par la France comparait devant les tribunaux français parce
qu'il ose réclamer très haut sa part de mémoire et de respect.

Il a osé réclamer très fort car dans le climat actuel en France, le
racisme anti-Nègres, anti-Arabes, anti-non-Blancs se banalise et se
généralise dans le tissus français.

Au foot, on l'a encore vu ce weekend avec le joueur Noir Abdeslam
OUADDOU qui a écopé un carton jaune parce qu'il a fait ce que l'arbitre
aurait dû décider face aux pires injures racistes qu'il a essuyé pendant
toute la première mi-temps,

Dans 'les banlieues', à Villiers-le-Bel, où ce lundi à l'aube, 1500
policiers ont débarqué pour rafler des jeunes 'Nègres et Arabes' dans le
cadre d'une affaire qui a vu la mort de deux jeunes, un Noir et un
Maghrébin, Larami et Moushin, dans des circonstances qui mettent en
doute la version officielle de la police; comme lors des événements de
Clichy où deux jeunes, encore un Noir et un Maghrébin, Bouna et Zyed ont
trouvé la mort dans un transformateur d'EDF parce que poursuivis par la
Police alors qu'ils n'avaient rien fait. Cela avait conduit aux
'émeutes' de Clichy.

Une trentaine de policiers sont entrés vers midi et demi chez les
parents de feu Larami pour arrêter son frère qui ne se cachait pas, il
n'avait rien à se reprocher.

Avec l'affaire 'arche de zoé', où le chef l'Etat français a déclaré
publiquement qu'il ramènerait en France les 'arche de zoé' 'quoi qu'ils
aient fait' malgré la gravité des actes qui leur étaient reprochés au
Tchad à l'encontre de 103 enfants Africains et de leurs parents,
D'ailleurs, scoop raté pour Sarkozy: il s'apprête à aller cette semaine
au Tchad pour 'récupérer la grâce des six' des mains de 'son' ami Déby
le Président du Tchad..

Et ce racisme anti-nègre est accentué quand on accuse les Noirs de
concurrence mémorielle, voire de haine des Juifs.
Ainsi dans l'affaire nommée 'gang des barbares', alors que 3/4 des
victimes du gang n'étaient ni de confession, ni d'origine juive, ce que
confirmait le témoignage des victimes, la vindicte politico-médiatique a
décrété que 'le gang s'attaquait aux Juifs parce que les Juifs sont
riches' et donc que le crime était antisémite, et tant pis pour les 3/4
des victimes riches mais non juives. Il faudra d'ailleurs que l'on nous
explique comment le gang savait l'origine juive du 1/4 des victimes. Ce
gang qui n'était pas composé uniquement de Noirs et de Maghrébins,
disposait-il d'agents de renseignement ? C'est ainsi que le chef présumé
du gang, Youssouf Fofana, Nègre, est mis en examen notamment pour
['actes de tortures et barbarie commis en raison de l'appartenance de la
victime, vraie ou supposée, à une ethnie, race ou religion' et
'assassinat commis en raison de l'appartenance de la victime, vraie ou
supposée à une ethnie, race ou religion']
On apprend ce lundi que Youssouf Fofana, Noir, est renvoyé devant la
cour d'assises des mineurs (il a 27 ans) et le procès aura
vraisemblablement lieu à huis clos de crainte que 'la publicité ne soit
dangereuse pour l'ordre ou les mœurs'.

Et ce n'est pas fini hélas, demain mardi à 9h00 au TGI (Tribunal de
Grande Instance) de Paris, Salif Kamaté, qui avait été tabassé à bord de
l'avion d'Air France devant le ramener à Bamako comparait une nouvelle
fois devant la justice française.
Il avait été relaxé en première instance où il devait répondre de 'coups
et blessures sur agent' pour avoir mordu l'un des policiers qui
l'étranglait. La justice avait conclu qu'il avait agi en 'légitime
défense face à une brutalité démesurée' des forces de l'ordre. Le
procureur a fait appel.

Il est interdit de résister.

C'est dans ce contexte très négrophobe que, d'abord ce mardi 19 février
à 13h30 à la 17ième chambre du tribunal de Paris, puis le surlendemain
jeudi 21 février à 13h30 à la 11ième chambre du TGI de Paris, Kémi Séba
comparait devant la justice française.

A la 17ième chambre, on lui reproche de prôner la haine raciale (alors
que dans ses meetings il y a toutes les races et toutes les religions)
et il risque 7 ans de prison et 45000 euros d'amende.
A la 11ième chambre, il doit répondre pour ses propos qui exprimaient la
douleur profonde et étouffée des Noirs depuis des siècles et qu'il a
utilisé la référence bien connue des horribles camps nazi pour dire sa
douleur.

{{Gilbert Léonard}}

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages