Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE SILENCE DES NOIRISTES AU SUJET D’OBAMA, L’IMPERIALISTE

LE SILENCE DES NOIRISTES AU SUJET D’OBAMA, L’IMPERIALISTE

Quelques jours avant que ne débute l’intervention armée de l’Occident en Libye, Barack Obama s’excusait auprès du peuple afghan parce qu’une énième fois l’US AIR FORCE avait bombardé par erreur un village faisant 19 morts civils. En fait d’aviation, il s’agit plus exactement de « drones », ces avions sans pilote qui, depuis bientôt cinq ans, bombardent à tout-va l’arrière-pays afghan. Un gros scandale avait déjà éclaté en 2008 lorsqu’un drone avait bombardé un fête de mariage, tuant 137 personnes parce qu’il l’avait confondu avec un rassemblement de…talibans. Depuis lors, les drones étasuniens n’ont cessé de commettre des « erreurs », décimant ainsi la population civile dans l’indifférence générale des droits-de-l’hommistes et des belles âmes occidentales. Barack Obama a d’ailleurs envoyé 30.000 soldats supplémentaires en Afghanistan où aucune issue à la guerre n’est prévisible.

Quelle différence y a-t-il entre la politique de Bush, père et fils, et celle d’Obama au plan international ?

La réponse est sans appel : AUCUNE.

Un analyste a même qualifié la politique d’Obama de la belle expression suivante : « l’impérialisme à visage humain ». Ce qui signifie que le jeune, beau, intelligent et fringant premier président noir des USA présente au monde un visage avenant, tient des discours lénifiants comme celui adressé au monde musulman au Caire (sous la présidence de Moubarak !!!), mais exécute exactement la même politique impérialiste que les Bush. L’Irak est toujours à feu et à sang en dépit d’un semblant de retrait des forces étasuniennes, la Palestine est plus que jamais occupée, les Tibétains et les Tamouls sri-lankais ont été abandonnés et la CIA travaille au renversement de Hugo Chavez (Venezuela) et d’Evo Morales (Bolivie).

Rien de nouveau sous le soleil impérialiste yankee !

Or, on n’entend plus les noiristes qui avaient bruyamment applaudi à l’arrivée d’un Noir à la Maison Blanche. Motus et bouche cousue ! Selon eux, Obama révolutionnerait le monde, respecterait les droits des peuples du Tiers-monde, ferait plier Israël et obligerait la Chine à respecter les droits du Tibet et du Turkestan oriental (que les Chinois nomment « Xinjiang »). Evidemment, rien, absolument rien de tout cela, n’est advenu.

On se serait au moins attendu à ce que celui qui a un père kenyan favorise l’Afrique noire. Même pas ! Bras dans bras avec Sarkozy, Obama fait tout pour chasser Laurent Gbagbo du pouvoir en Côte d’Ivoire et le dictateur M’Biang de Guinée équatoriale (un émirat pétrolier africain, il est vrai) est chouchouté par Washington. Quant aux populations « noires » du Darfour régulièrement massacrées par les « Arabes » au Soudan, elles peuvent toujours courir si elles attendent encore une intervention militaire de leur « frère noir » Obama. Pourtant, ce dernier avait parlé de génocide, dénoncé le massacre de plus de 300.000 Darfouris et la Cour Pénale Internationale avait lancé un mandat d’arrêt contre El-Béchir, le président soudanais ! Donc, si l’on comprend bien, la mort de 2.000 Libyens fait accourir 22 pays occidentaux, mobilise avions de chasse et porte-avions, mais celle de 300.000 Darfouris ne pousse personne à enclencher une riposte militaire !!!

Plus près de chez nous, en Haïti, profitant du tremblement de terre, les Etats-Unis cherchent carrément à recoloniser l’île en y plaçant un président à leur solde. Gardons-nous d’oublier que les Bush avaient décrété les ressources pétrolières haïtiennes « réserves stratégiques des Etats-Unis ». Traduction : on n’y touche sur tout pas, aucun forage ni à terre ni off-shore. Ce pétrole est gardé en réserve pour le jour où les Etats-Unis viendront à en manquer. Pendant ce temps, le peuple haïtien peut toujours crever !

Obama, l’idole des noiristes, peut dormir sur ses deux oreilles.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages