Accueil

Léandre Litampha répond à Henri de Lesquen

Léandre LITAMPHA
Léandre Litampha répond à Henri de Lesquen

Géographie, il y a problème !

 

Lorsque j'étais au CE1, petit garçon de 7 ans en 1949, sur la mappemonde je voyais l'Afrique à l'est.

Sur la colline où j'habitais, je la cherchais à l'est et je n'ai jamais pu la voir. Je me disais que ou bien je ne pouvais pas voir au loin ou que j'étais un con.

Après, j'ai su que la terre est ronde et que réellement ce n'était pas possible de voir ce continent noir d'ici étant, en Martinique.

Je suis devenu septuagénaire, on me dit que le Marin se trouve en FRANCE et que j'y suis né. C'est certes une escroquerie machiavélique, parce que je sais que la Marin est en MARTINIQUE.

Les administrations me disent NON et que OUI vraiment le Marin est en FRANCE.

Sur aucune carte de FRANCE, je ne vois pas que nous sommes en France de mon pays étant.

Je me dis que je suis encore plus con qu'avant et même que je suis forcément un aliéné.

Comme à l'époque de l'inquisition, lorsque Galilée avait dit que la terre tournait autour du soleil, il eût pu être condamné à mort, il a accepté de dire le contraire et il a survécu suite à ce mensonge.

Dois-je faire comme lui, mentir pour survivre ?

 

Du temps de l’esclavage, les déportés d’Afrique arrivés dans la colonie recevaient seulement un prénom et un matricule sur le registre du maître ; ils étaient considérés comme des meubles et ils n’avaient pas de droits, ils ne pouvaient prendre aucune initiative sérieuse quant à vivre librement et être responsables ; étaient considérés comme marrons, les nègres qui se débarrassaient de leur propre initiative des chaînes. En 2016 encore, la colonie inscrite sous le matricule 972 reste un objet appartenant et confondue à la propriété du maître, la métropole, et donc Inconnue devant l’ONU, inexistante, elle ne peut pas prendre d’initiatives dans l’option des nations responsables. Les habitants sont des sujets sous tutelle de la métropole égocentrique. C’est la preuve que nous demeurons toujours une colonie moderne au sens large du terme.

 

Lorsque les Français qui arrivent au pays ou les enseignants me disent qu'ici on est en France, je dois répondre « OUI, JE LE SAIS ET J’Y CROIS. » pour ne pas être considéré comme un révolutionnaire, mais comme un sage phagocyté encore en survie en attendant d’être éliminé.

 

Maintenant tous les Martiniquais/ses ici se disent français/es, ils ont la preuve sur leurs documents d'identité.

On ne peut exister que par ce mensonge. Hélas !

Chut, taisez-vous et garde-à-vous !

Gadé yo !

Allons enfants de la Patriiiiie, le jour de gloire est arrivé... Marchons, ponlonpompom !

 

Martinique, le 14 juillet 2016.

Léis

Document: 

leandre_litampha_b_-_de_lidentite_pourquoi.pdf

Pages