Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LETTRE OUVERTE À BARAK OBAMA

candidat à la Présidence des États-Unis d’Amérique

Cher Monsieur Obama,

Nous, citoyens haïtiens, militants politiques et syndicaux du mouvement populaire et démocratique de notre pays, nous adressons solennellement à vous, à la veille de l’élection qui probablement vous portera à la présidence des États-Unis.

Des millions de travailleurs, de jeunes, en majorité des Noirs, en votant pour vous, exprimeront leur exigence de changement de la politique suivie depuis des années, qui a plongé dans la misère des millions de travailleurs, accru les différences sociales, y compris raciales et qui a fait apparaître les États-Unis comme l’ennemi de tous les peuples du monde.
Cette même politique fait qu’aujourd’hui en Haïti, 60% de la population active est au chômage, 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté ; l’espérance de vie est descendue en dessous de 50 ans, le taux de mortalité des enfants à la naissance est de 80 pour 1000 alors qu’il n’est que de 7 à Cuba dans l’île voisine.

Notre peuple en plus de connaître les bas salaires, les privatisations, la quasi absence de services publics, les licenciements, etc., doit faire face au pillage des maigres ressources du pays organisé par le FMI et la banque mondiale qui exige le paiement de la dette externe, dette que les Duvalier et autres dictateurs ont eux seuls contractés : l’État haïtien paiera 58,2 millions de $ en 2008, 50,9 millions en 2009, soit 1 million de $ chaque semaine qui part en fumée alors que le peuple meurt de faim.
Ainsi notre pays vit une extraordinaire catastrophe. Selon les informations officielles, c’est le pays le plus pauvre du continent. En fait, ce n’est pas vrai, notre pays n’est pas pauvre. Il a été appauvri par la politique menée depuis des décennies par les différents gouvernements qui ont agi contre les intérêts de la nation.

Notre pays, Haïti, est en plus humilié, envahi à nouveau militairement depuis 4 ans par des forces armées. Ces soldats que l’ONU dit avoir envoyés pour la paix ont tiré au mois d’avril dernier sur le peuple qui protestait contre l’augmentation brutale des produits de première nécessité, faisant 6 morts et 190 blessés par balles.

À cela, sont venues s’ajouter les conséquences des quatre ouragans qui ont plongé le pays dans un état de misère et de dénuement inimaginable et les troupes de la MINUSTAH qui occupent notre pays et contrôlent les rouages de l’administration et de la police disent qu’ils ne sont pas là pour faire de l’humanitaire.

Tout citoyen haïtien peut constater que le bilan de quatre années de MINUSTAH, c’est un recul considérable du point de vue de la souveraineté du pays et notamment du point de vue de la reconstruction des institutions de l’État, pouvant permettre aux Haïtiens une vie sûre et la possibilité d’un avenir.

Il n’y a pas longtemps, le Président Préval, a accusé l’occupation américaine de 1915-1934 et le colonialisme d’être responsables de la situation d’Haïti.

Cher Monsieur Obama,
Nous sommes Haïtiens. Notre pays fait partie des Grandes Antilles de la Caraïbe, premier pays à s’être libéré de l’esclavage et à avoir proclamé, le 01 janvier 1804, la première République noire.

Vous comprendrez que nous ne puissions être indifférents au fait qu’un Noir puisse être président des États-Unis. Nous avons une grande communauté haïtienne vivant aux États-Unis depuis 1960 à nos jours qui s’estime à 1 million d’immigrés haïtiens et qui constitue un poids électoral, social et économique. Beaucoup parmi eux, comme des milliers de jeunes, de travailleurs, en votant pour vous exprimeront le changement de politique que vous avez annoncé dans votre campagne électorale vis-à-vis de notre pays car aujourd’hui encore les cas de violences exercées par les troupes de la MINUSTAH sont connus, publics et répertoriés. Pourtant, le 14 octobre, le Conseil de sécurité de l’ONU a reconduit le mandat de la MINUSTAH.

Cher Monsieur Obama,
Dans les prochaines semaines, vous prendrez certainement les rênes de l’État. Vous venez de déclarer que la politique du gouvernement américain vis-à-vis d’Haïti devrait changer. Le gouvernement des États-Unis siège au Conseil de Sécurité comme membre permanent avec droit de veto. Vous aurez alors l’énorme responsabilité de pouvoir modifier la politique des Administrations antérieures.

Le peuple haïtien, fort de ses traditions et des luttes pour sa souveraineté, est un fervent partisan de l’établissement de rapports d’égalité et de coopération entre les nations. Les rapports de soumission ne font que multiplier les conflits y compris les guerres.

Les citoyens et militants soussignés, partisans de la démocratie, de la souveraineté des nations et de l’établissement d’un monde sans oppression ni exploitation où les peuples et nations puissent coopérer en paix et sur un pied d’égalité, sont très attentifs aux changements en train de s’opérer aux États-Unis.

Par la présente lettre, nous vous informons que les 12 et 13 décembre prochains, nous organiserons dans notre pays, à Port-au-Prince, une Rencontre avec des militants et citoyens des pays du continent pour débattre ensemble des voies et des moyens pour recouvrer la souveraineté du pays, incompatible, à nos yeux, avec le maintien des troupes de la MINUSTAH.

Nous lançons un véritable appel d’urgence pour rétablir la coopération entre les peuples.

Nous vous remercions, cher Monsieur Obama, de l’attention que vous porterez à notre démarche.

Le 31 octobre 2008

{{Les organisations haïtiennes soussignées :}}

{{CATH :}} Centrale autonome des travailleurs haïtiens, Louis Fignolé St Cyr, Secrétaire Général ;

{{POS :}} Parti ouvrier socialiste haïtien, Marc Antoine Poinson, Secrétaire à l’organisation des départements ;

{{FESTREDH :}} Fédération syndicale de l’électricité d’Haïti, Dukens Raphaél, Porte parole ;

{{GIEL :}} Groupe d’Initiative des enseignants de lycées, Léonel Pierre, Secrétaire Général ;

{{ADFEMTRAH :}} Section des femmes de la CATH, Julie Génélus, Secrétaire Générale ;

{{GRAHLIB :}} Grand rassemblement pour une Haïti libre et démocratique, Ludy Lapointe Coordonateur Général ;

{{FOS :}} Fédération des ouvriers syndiqués, Raymond Dalvius, Responsable des relations publiques ;

{{Koreken :}} Coordination Résistance Contre les Ingérences, Jhon Wagner Edol, coordinateur général ;

{{UNAPFEH :}} Union Nationale pour la Protection des Femmes est des Enfants d’Haïti, Itiane DERIVAL, coordinatrice ;

{{ACDIFED :}} Association Chrétienne des Femmes et des Enfants d’Haït, Sherly MICHEL ;

{{FUNA :}} Femme Universitaire pour une Nouvelle Alternative, Yvonne PRINTEMPS, secrétaire générale ;

{{FHVC :}} Femme Handicapée en Voie de Culminance, Kerlange PAULEMA, coordinatrice ;

{{CHASS :}} Centre Haïtien de Service Social, Robinson DESIRE, secrétaire général adjoint ;

{{GROSSOL :}} Groupe Solidarité, Ing. Poto Jean MARRAIS, secrétaire général ;

{{ROFNA :}} Rassembement des Organisations de Femmes pour une Nouvelle Alternative, Nicole D MICHEL, coordnatrice ;

{{FEMHA :}} Femme Haïtienne en Action, Gina DESIRE, coordinatrice ;

{{AFVS :}} Organisation Femme Victime de Solino, Luthana AUGUSTE, coordinatrice ;

{{JM :}} Jeune du Monde, Dukerline DORIVAL, coordinatrice ;

{{RONA :}} Rassemblement des Organisations pour une Nouvelle Alternative, Ing. Georghy DESIRE, coordinateur général ;

{{COADMEDH :}} Coalition des Médecins Haïtiens, Dr Giles Labossière, coordinateur général ;

{{GAPANA :}} Groupe d’appui pour l’Avancement et la Promotion de la production Nationale, Réginal Rebecca FRANCOIS ;

{{MOFERPNH :}} Mouvement des Femmes de Rève pour une Nouvelle Haïti, Josy FAIDOR, coordinatrice.

Document: 

Haiti_lettre_OBAMA.pdf

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages