Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Lucien Pavilla : mes 5 livres de l'année 2020

Lucien Pavilla : mes 5 livres de l'année 2020

   Nous avons sollicité nos collaborateurs ainsi qu'un certain nombre d'amoureux des livres pour connaître les 3 ou 4 livres qui ont marqué leur année 2020.

   En ces temps à la fois difficiles pour le livre (fermeture des librairies pendant le confinement, difficulté de faire des conférences de présentation d'ouvrage etc.) et heureux (beaucoup de gens redécouvrent leur bibliothèque personnelle), il est bon de rappeler que le livre, papier ou numérique, est un instrument de culture indispensable en cette époque dans laquelle nous sommes noyés sous un flot continu d'informations de toutes sortes grâce aux nouvelles technologies que sont Facebook, Twitter, Instagram, Whatsap, Netflix, et autre Tik-Tok.   

   Lucien Pavilla, ancien directeur de la Bibliothèque Schoelcher et écrivain, nous livre sa liste ci-après...

 

***

La souvenance / Ernest Pépin

Le pari d’Ernest Pépin est réussi en choisissant de retracer la vie et les écritures croisées de deux auteurs aussi célèbres que sont Simone et André Schwartz-Bart. En faisant appel au conteur créole qui commente le récit, il nous fait revivre leurs émotions, leurs parcours et leurs combats dans le style poétique qu’on lui connaît.

 

Grand café de Martinique / Raphaël Confiant

Le roman a un caractère plutôt original dans sa construction mais lorsqu’on connaît la plume de Confiant cela n’a rien d’étonnant. Il nous entraîne en réalité dans trois histoires différentes, dont le café est le point commun.

Il se sert à la fois de la vérité historique et des mythes et légendes pour construire son récit.

Cet ouvrage soulève également des sujets complexes avec lesquels certains ne sont pas totalement à l'aise et qui sont d'une brûlante actualité, à savoir le fonctionnement d'une société esclavagiste ou bien encore le massacre des Indiens caraïbes.

 

Paris créole : son histoire, ses racines, ses artistes, 18ème - 20ème siècles / sous la dir. d’Erick Noël

Paris créole : son histoire, ses écrivains, ses artistes (XVIIIe - XXe siècles) offre à l’échelle de la capitale d’un empire colonial étiré des Antilles aux Iles de l’océan Indien le reflet d’une société complexe, issue des descendants de ces hommes et de ces femmes stigmatisés par l’esclavage.

 

Voyage au bout de la nuit / Louis-Ferdinand Céline

Voyage au bout de la nuit est un récit à la première personne dans lequel le personnage principal raconte son expérience de la Première Guerre mondiale, du colonialisme en Afrique, des États-Unis de l’entre-deux guerres et de la condition sociale en général.

C’est bien plus qu'une simple critique de la guerre. Céline exprime sa perplexité et son mépris à l’égard de l’humanité entière : braves ou lâches, colonisateurs ou colonisés, Blancs ou Noirs, Américains ou Européens, pauvres ou riches. Il n'épargne véritablement personne dans sa vision désespérée. Pour Bardamu, le personnage principal, rien n’a d'importance face au caractère dérisoire du monde où tout se termine inéluctablement de la même façon.

Est-ce une réflexion nihiliste ?

 

Rumeurs d’Amérique / Alain Mabanckou

Alain Mabanckou s’est fondu dans la masse, il a tâté le pouls de ceux qui ont sa couleur de peau mais aussi ceux qui composent son quotidien. Il raconte son périple américain du Michigan à la Californie. Le périple n’a de sens pour lui que s’il est personnel, subjectif, entre la grande et la petite histoire, entre ce qui est immense et qui est minuscule.

Il reprend à travers ces lignes ce qu’il qualifie d’autobiographie américaine, entre les rebondissements de l’insolite, la digression de l’anecdote et les mirages de l’imaginaire.

Commentaires

Michel P. | 27/12/2020 - 16:29 :
1) Les dénonciations de la guerre, du colonialisme et du capitalisme du Voyage, firent d'abord passer Céline pour un nouveau Zola, défenseur du petit peuple, humaniste. Sa pratique médicale auprès des pauvres en banlieue parisienne complète ce tableau. Les communistes crurent en un compagnon de route, mais c'était un pur anarchiste de droite. 2) Profondément pacifiste, à l'approche de la Seconde Guerre mondiale, il se laissa entraîner par l'antisémitisme ambiant, qui attribuait aux juifs la responsabilité des conflits. Il sombra alors dans un délire antisémite consternant (auquel contribuaient aussi des jalousies professionnelles et littéraires). 3) Au total, il reste un homme très marqué par la Grand Guerre, nihiliste, avec trois passions : la médecine, les danseuses et l'écriture romanesque, qu'il révolutionna. Comédien, aussi, beaucoup, du dandy de la jeunesse au rôle de vieil acariâtre.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages