Accueil

Man konèt misié bien

De BORDELAIS Raphaël, surnommé Pierrot
Man konèt misié bien

Misié ka rété an wotè Schoelcher, pa loin tinel Didier. Il est un élu de la ville de SCHOELCHER. Misié sé an arivis aristout brak, ki anmen dominé tou patou. An désandan milat de bétjé gouyav Lorrain menm.

Quel bordel veut semer BORDELAIS ?

Lésans ogmanté ba tout moun, kanmion ka pran fè. Sa vré…

Depuis quelque temps en effet, ce monsieur veut monter à la CTM à Plateau ROY pour se faire remarquer, se faire  filmer en train de réaliser un film de Western du Far-West et en plein carnaval pour MADIANA à Schoelcher.

Sacré mec !

Il pourrait avoir l’embarras du choix pour aller se faire tourner ailleurs.

Qu’il aille voir TRUMP, par exemple, pour construire son Western !

Qu’il aille voir le préfet pour ses camionneurs !

Qu’il fasse des démarches pour aller fouiller de l’or en Guyane ! Voilà qui lui aurait été payant !

Là-bas, l’équipe qui le soutient gagnera des emplois pour pouvoir se payer le luxe d’acheter encore des camions afin de travailler, de gagner des sous pendant bien des années afin d’aller remplir les poches des commerçants des supermarchés, de se rendre au Brésil ou au Surinam, de faire du bon carnaval et remplir les réserves d’or du Canada et de la Russie. Sur l’or, nous le savons, on peut compter pour produire de la monnaie et des billets à mettre en circulation, frappés aux armoiries de ces pays et en partie des Euros ; des monnaies et des billets comme les francs CFA pour nous en colonies « ou wè’i, ou pa wè’i ». Pourquoi pas ?

Que BORDELAIS aille se faire voir en Guyane et ailleurs afin d’aider LETCHIMY à payer ses lourdes dettes laissées sur le dos de la CTM !

Dès qu’il y a une revendication à faire tout le monde se rendre depuis 14 mois rien qu’à la CTM, comme si là-haut il y a un trésor caché, de l’or. Bordelais aurait pu ou dû être plutôt un secours pour la CTM.

C’est vrai qu’il faut revendiquer, mais où il y a les moyens de satisfaire les sollicitations. C’est l’excès fait déborder le vase.  On se rend compte que la CTM n’a pas assez de lait pour satisfaire tout de suite ce que revendique tout le monde.

Calmons-nous donc et patience.

 

Martinique, le 22 février 2017.

Léis

Pages