Accueil

« MANGO VET », UN ROMAN EN CREOLE

Il s’agit d’un récit qui se déroule dans l’univers de l’Habitation, à un moment où cette civilisation entame sa mutation. Ecrit en créole martiniquais, et s’inspirant, pour une bonne part, d’une tragédie qui eut pour cadre la ville du François et le Sud de la Martinique, il constitue une exploration et une restitution littéraire des mémoires populaires, dans la langue native-natale. Le texte est accompagné d’un important glossaire créole/français/anglais, qui facilite la lecture, et peut contribuer à revivifier et rendre à nouveau cher le vieux verbe créole.

Son auteur, Georges-Henri Léotin enseigne la philosophie au lycée du François (Martinique). Il est l’auteur de Mémwè latè (Editions Bannzil Kréyol, 1993), une nouvelle bilingue créole-français, et d’un essai sur le poète martiniquais Monchoachi (Editions Presses Universitaires Créoles/L’Harmattan, 1994).

{{Extrait du 1er chapitre}}

{ Men ki lakwa Rozario té ka pòté, ki mapipi doulè I té ka trennen, kifè out é ka wè’y tou lé swè, tris kon tris ka matjé, asiz anba mal pié-mango a ki ka wouvè kò’y an mitan laplas lanméri bouk-la ? Ou té toujou ka wè’y la ka déjinnen an kras farin manniok adan an ti bonm let Nestlé.

Anfas lanméri-a, ni an moniman pou solda mò. Rozario té ka lévé zié asou estati jenn jan mò pou la Frans an tan sé dé gran ladjè-a, Neg ki lésé mòso lachè-yo, épi lespwa lajénes, nan péyi Blan, bien lwen salon manman-yo, la kip a ni patat planté, la kip a ni yanm-pakala, ni kalalou, ni diri dou…

Kon ou ka wè gwo-tjap ka ni an ban ki ta yo nan légliz, Rozario té ni plas-li ki ta’y an mitan pep lé flanè. Moun té ka di i té ka vini la pou pofondé, oben pou katjilé asou sa ki pasé, oben pou prédié ba tout lé maléré, oben pou résité an fon tjè’y san palé. Oben i té la kon sa toubonnman pou tann wélélé lavi tout alantou’y, pou makrélé épi pou malpalé…}

Pages