Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Maurice : Alteo ferme sa raffinerie par manque de sucre à traiter

Maurice : Alteo ferme sa raffinerie par manque de sucre à traiter

Nouvelle conséquence de la suppression des quotas sucriers en Europe

La société Alteo va fermer sa raffinerie de sucre. La baisse de la superficie plantée en cannes est l’explication donnée officiellement. C’est une des conséquences de la suppression totale des quotas dans l’Union européenne, le premier marché d’exportation du sucre mauricien. Les propriétaires de plantation et d’usine se diversifient ailleurs, notamment dans l’immobilier de luxe.

A Maurice, le quota sucrier et le prix garantis par l’Union européenne n’existent plus depuis 2009. Pour préparer cette échéance, il était possible alors de tirer parti des conséquences de la réforme du marché sucrier européen qui avait alors diminué les quotas de production de l’industrie sucrière. Pour ne pas perdre des parts de marché, les Européens avaient alors besoin d’importer du sucre. SüdZucker, un des principaux concurrents de Tereos, s’était tourné vers Maurice et avait signé un contrat d’approvisionnement. La quasi-totalité du sucre en vrac produit à Maurice était alors transformé en sucre blanc puis exporté vers l’Europe. Les Mauriciens ont donc investi en conséquence afin de posséder la capacité nécessaire pour raffiner les quantités de sucre demandées.
Avec la suppression des quotas des producteurs européens depuis 2017, le contexte n’est plus le même. Il est plus difficile pour Maurice d’exporter son sucre. Par conséquent, les propriétaires de plantation et d’usine ont accentué leur diversification.
La société Alteo possède 15.000 hectares de terres agricoles, dont 11.000 sont plantés en canne à sucre. Annuellement, cela représente en moyenne une récolte de 1,5 million de tonnes de cannes. Elles sont transformées dans l’usine Alteo d’Union Flacq pour donner 150.000 tonnes de sucre, dont 45.000 tonnes de sucres spéciaux.
Alteo possède également une raffinerie, dimensionnée pour traiter 170.000 tonnes de sucre par an. L’essentiel du sucre produit est destiné à l’exportation.

Plus assez de sucre à raffiner

Samedi 13 juin, Alteo a publié le communiqué suivant :

« Le groupe Alteo a annoncé aujourd’hui la fermeture prochaine d’Alteo Refinery Ltd (ARL), situé à Union Flacq. La principale cause de cette fermeture est la diminution du sucre disponible pour le raffinage, qui découle de la baisse de la superficie sous cannes à Maurice ces dernières années.
La date précise de la fin des opérations sera annoncée dans les semaines qui viennent. Avec la fermeture d’ARL, une seule raffinerie restera en opération à Maurice.
Alteo concentrera, elle, ses efforts sur la croissance de sa production de sucres spéciaux, en ligne avec la stratégie nationale d’augmenter la production de ces produits à forte valeur ajoutée. »

Diversification dans l’immobilier

Ces dernières années, Alteo s’est diversifiée dans l’immobilier. Elle se présente comme « un promoteur immobilier de classe mondiale » : « Le pôle immobilier d’Alteo gère, développe et commercialise les actifs fonciers et immobiliers importants du groupe le long de la côte est mauricienne. Nous sommes particulièrement actifs dans les secteurs de l’immobilier de luxe, du golf et de l’hôtellerie. »
Alteo commercialise un domaine de 213 hectares s’étendant sur 6 kilomètres de côté à l’est de Maurice. Il comprend notamment un golf de 18 trous, un hôtel 5 étoiles.

 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages