Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Jeudi 24 mai à 12h, Palais de Justice de Fort-de-France

MOBILISATION GENERALE CONTRE LE CHLORDECONE !

L’appel à la mobilisation lancée pour {{ce jeudi 24 mai par l’ANC}} (Association Non au Chlordécone) de la Martinique sera un véritable test pour celle-ci. En effet, soit le large public qui a suivi les différentes conférences de L. Boutrin et R. Confiant, à propos de leur ouvrage « Chronique d’un empoisonnement annoncé », plus de 300 personnes, par exemple à l’ATRIUM, le jeudi 5 avril dernier, répondra présent ce jour-là soit les organisateurs de ce qui est une marche, qui ira du Palais de Justice à la Préfecture, se retrouveront une poignée. C’est dire que l’enjeu sera lourd de conséquences. L’Etat français, directement mis en cause à travers une plainte pour « empoisonnement » qui sera déposée ce jour-là, sera très attentif, n’en doutons pas, à comptabiliser les marcheurs. A ce propos, il convient de pointer du droit l’attitude grotesque de certaines associations écologiques ou certains journaux de la place qui chacun se haussent du col pour démontrer à l’opinion publique qu’ils furent les premiers à dénoncer l’usage des pesticides et du chlordécone. On se croirait dans une cour de récréation où des gamins se disputent à propos d’une partie de billes ! C’est grotesque quand on sait que nos pays, Martinique et Guadeloupe, vivent une véritable catastrophe sanitaire. C’est mensonger quand on sait que l’un des deux auteurs du livre, en l’occurrence R. Confiant, fut l’un des tous premiers militants de l’ASSAUPASSU (qui deviendra l’ASSAUPAMAR) et qu’au sein du magazine ANTILLA, pendant plus d’une dizaine d’années, il fut le plus ferme soutien de Pierre Davidas, notamment quand ce dernier fut traduit en justice par la communauté juive de la Martinique. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi, outre Jacques Portecop, le scientifique guadeloupéen, le livre de L. Boutrin et R. Confiant soit dédié à ce même Pierre Davidas.

L’Etat français a déjà commencé à s’attaquer sournoisement à ceux qui dénoncent sa passivité de 30 ans face à l’utilisation du chlordécone : l’un des membres de l’ANC, exerçant une profession libérale, a reçu un redressement de 6.000 euros de la Sécurité Sociale ; en Guadeloupe, Harry Durimel, l’un des fers de lance du mouvement, est convoqué le 4 juin par un juge d’instruction pour une soi-disant affaire de « violation du secret de l’instruction » datant de …2004. Si donc les mobilisations s’avèrent faibles (il y en aura 2 le jeudi 24, à la même heure, une en Guadeloupe et une en Martinique), l’Etat français continuera à frapper, plus ouvertement cette fois-ci. {{Il est donc grand temps que tous les militants écologistes, syndicaux, associatifs, politiques, religieux etc…mettent pour une fois de côté leurs susceptibilités et leurs divergences pour venir montrer à l’Etat français que l’empoisonnement au chlordécone est un scandale inacceptable et que les coupables doivent être jugés.}}
{{
- Le rendez-vous se situe à une heure très précise : 12h.
- Dans un lieu très précis : le parvis du Palais de Justice de Fort-de-France.}}

La Rédaction de Montray

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages