Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

OÙ SONT LES PROMOTEURS DE L’ARTICLE 74 ?

Alors que tout un chacun sait depuis un bon mois que le président Sarkozy a fixé la consultation référendaire à la mi-décembre 2009, les promoteurs de l’Article 74 sont curieusement invisibles, absents du débat public, du moins les politiques. Il n’y a guère que le Comité OBJECTIF 74, composé de personnalités de la société civile, à porter le flambeau alors que du côté des partisans du 73 (Droite) et du 73 constitutionnalisé (PPM), on fait feu de tout bois.

Sous la houlette d’une Chantal Maignan plus égérie que jamais, le camp assimilationniste semble avoir retrouvé des ailes. Surfant sans vergogne sur la peur de la perte des avantages acquis et du largage, les « 73-zistes » se livrent à un véritable bombardement médiatique contre les « 74-zistes », prenant d’assaut, par exemple, les rubriques « Commentaires » des principaux site-web antillais afin d’y déverser leur propagande assimilationniste.

Quand au camp du 73 constitutionnalisé, il est déjà monté au front depuis longtemps derrière son porte-drapeau, Serge Letchimy, député-maire de Fort-de-France lequel déclarait en Une du magazine ANTILLA de la semaine dernière que « le 74 est une stupidité ». Comme la Droite, le PPM dirige ses canons contre les partisans du 74, utilisant les mêmes méthodes de noyautage des site-web et les interventions tous azimuts sur les radios et les plateaux-télé.

Face à cette offensive, le RDM, le MIM et leurs alliés (PALIMA, MODEMAS etc.) ont bien scellé une alliance sous la forme d’un Rassemblement pour le Changement et un meeting commun est programmé le dimanche 18 octobre au stade Georges Gratiant du Lamentin, mais dans l’intervalle, rien d’autre. Le MIM est bien trop occupé par l’élection municipale de Rivière-Salée laquelle risque d’ailleurs de se dérouler sur deux tours. Le RDM doit être en train de se compter, le fait d’avoir de nombreux maires en son sein ne signifiant aucunement que la population des communes concernées suit.

Quand aux alliés de ces deux grands partis, ils jouent en même temps la carte du Collectif du 5 février alors même que les dirigeants de ce dernier ont proclamé urbi et orbi que la consultation référendaire n’avait strictement aucun intérêt et qu’il s’agissait d’une manœuvre de diversion pour empêcher les travailleurs de se mobiliser en faveur de leurs droits. Etre pour l’article 74 et pour le Collectif du 5 février en même temps, il faut le faire ! Il est vrai que certains de ces groupuscules se sont fait une spécialité de l’autostop politique. Un coup d’autostop politique du côté du MIM, un coup d’autostop syndical du côté du collectif du 5 février.

En tout cas, si l’article 74 en venait à être rejeté par le peuple martiniquais, ses partisans ne devront s’en prendre qu’à eux-mêmes. A laisser au seul Comité OBJECTIF 74 la défense et illustration dudit article, c’est ce à quoi ils s’exposent, aussi louable soit le travail déployé par ce comité. On devine déjà, chez certains élus__comme en décembre 2003 !__une étrange tiédeur. Ils craignent pour leur strapontin en cas de défaite du 74 et freinent déjà des quatre fers tout en faisant mine, comme c’est le cas au Lamentin, d’y être toujours favorables.

Césaire disait « Quand mon peuple sortiras-tu hors des jours étrangers ? ». On pourrait dire à nos chers élus pro-74 « Quand sortirez-vous hors du compère-lapinisme ? ».

Les Français doivent bien rire…

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages