Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

PITIÉ POUR MARION !

Par Raphaël Confiant
PITIÉ POUR MARION !

Elle a donc dû rendre ses médailles olympiques. Ces cinq médailles (deux d’or et trois de bronze) qui un jour avaient fait sa gloire planétaire lors des Jeux Olympiques de Sydney en 2000. Son beau sourire de gazelle un peu triste n’illuminera plus nos écrans de télévision. On ne nous repassera plus ses foulées félines dont chacune semblait charroyer une brassée de songes. Elle, c’est bien sûr Marion Jones ! Son cas nous touche parce que son personnage nous est devenu familier au fil des années, mais il n’est que le reflet de ce que vivent des milliers de jeunes Noirs américains qui cherchent désespérément à échapper aux ghettos dans lequel les enferme le racisme « blanc » depuis des siècles. Des destins fracassés comme celui de Marion, il y en a à la pelle, des plus célèbres comme ceux de Mike Tyson ou O. G. Simpson à ceux d’illustres inconnus qui n’ont jamais réussi à battre le moindre record ni à gagner la moindre médaille, tout noirs qu’ils soient.

Car là est l’hypocrisie monstre et la tricherie permanente du système yankee : il n’est laissé aux Noirs, hormis une minuscule minorité évaluée à 10% de la communauté afro-américaine dans laquelle on recrute de temps à autre un Colin Powell ou une Condoleeza Rice, que le{{ sport}} ou la {{musique}} pour s’en sortir. Et les médias blancs de créer de toutes pièces le mythe débile de la « force naturelle des Noirs » pour le sport et du « sens inné du rythme du Nègre » pour la musique. C’est oublier que les enfants noirs vont pour la plupart dans des écoles pourries, vivent dans des quartiers délabrés où sévissent la violence et la drogue, et n’ont bien sûr pas les moyens de se payer des études universitaires. Ou plutôt si : il suffit d’être bon au basket ou au football américain pour que vos études deviennent gratuites. En réalité, pendant tout le temps où vous jouez et faites gagner l’équipe de votre université, vous êtes porté aux nues et personne ne s’inquiète de savoir si vous suivez vos cours et passez vos examens. Si bien qu’au terme de vos « études », quand un autre Noir plus jeune aura fatalement pris votre place dans ladite équipe, vous serez rejeté comme un citron pressé. Tout les Noirs ne peuvent pas devenir stars de la NBA ou champions olympiques, n’est-ce pas ?

Chaque année donc, des centaines de jeunes Noirs américains, ex-joueurs vedettes, se retrouvent ainsi sur le carreau, sans qualification professionnelle vu qu’ils ne se sont pas souciés de s’asseoir dans les amphis des universités pour lesquelles ils raflaient des trophées et surtout avec une chute brutale de leur niveau de vie. On comprend pourquoi beaucoup finissent dans la drogue ou le banditisme. Mais là n’est pas le pire ! Le pire est qu’un nombre indéterminé de jeunes Noirs, au talent physique moyen, n’hésitent pas à se doper, souvent sous les conseils d’entraîneurs blancs, pour à la fois entrer à l’université, gagner des médailles et des dollars. Si les contrôles anti-dopage étaient plus sévères dans le passé, il est évident qu’on aurait constaté que la moitié au moins des soi-disant « grands athlètes noirs » étaient dopés. Car, enfin, ça ne vous fait pas un tout petit peu bizarre de voir une finale du 100m ou un championnat de boxe poids lourds ? Cela ne vous fait pas bizarre de voir 10 gaillards nègres alignés sur la ligne de départ ou deux colosses nègres se tapant sur la gueule à coups de poings lourds comme des massues ? Moi, j’ai toujours trouvé cela bizarre et je me suis toujours demandé pourquoi la Jamaïque qui n’a que 3 millions d’habitants rafle toujours cinq fois plus de médailles aux Jeux Olympiques que l’Inde qui a 1 milliard et plus d’habitants ? Pourquoi on n’a jamais vu un Chinois, un Japonais ou un Indien champion de boxe poids lourds ? Quand on pose cette question, il y a toujours un couillon de Noir aliéné pour répéter le discours mensonger fabriqué par le système blanc :

« C’est parce que les Noirs sont plus costauds ! C’est parce que nous sommes plus résistants ! et bla-bla-bla… »

Il faut se réjouir finalement que Marion Jones ait été démasquée car cela ruinera à jamais, j’espère, l’idéologie du Noir-sportif né. Non, le Noir n’est pas plus fort ou plus résistant qu’un autre peuple ! Simplement, victime de siècles d’exploitation et de colonialisme, il ne se voit ouvrir devant lui que les portes du sport, de la musique ou de la mode. Ce que les Euro-Américains appellent {{l’entertainement}}. L’amusement public en bon français. Car les Noirs amuseurs publics, ça, le public blanc en raffole ! Les politiciens, les idéologues, les journalistes français, surtout de Gauche, en raffolent ! Il n’y a qu’à voir combien les magazines de Gauche français, par exemple, glorifient le jazz ou le rap, ou portent aux nues tel ou tel joueur noir de l’équipe de France de Football. Le Nègre polytechnicien, physicien nucléaire ou énarque n’a que très rarement l’honneur de leurs colonnes par contre. C’est que ce dernier dérange, il fait tâche dans le tableau. Fais pas chier, négro ! Tape dans ton ballon ou sur ton tam-tam, mais ne viens pas nous les casser en démontrant que tu sais résoudre des équations au troisième degré ! {{Finalement, tout Noir qui glorifie la force physique du Noir ou son sens inné du rythme est complice du discours raciste euro-américain visant à animaliser le Noir.}} Sans même parler de ceux qui glorifient la soi-disant puissance sexuelle du Noir. Conards, va ! Rocco Siffredi, il est nègre, peut-être ?

Heureusement, ce discours va s’effondrer de lui-même grâce à la sévérité de plus en plus grande des contrôles anti-dopage et il est à espérer que les jeunes Noirs vont investir dans autre chose que dans un ballon ou une piste d’athlétisme. Que leurs parents comprendront qu’il vaut mieux les accoutumer très tôt à fréquenter bibliothèques et médiathèques au lieu de les lâcher sur un terrain de sport. Qu’il n’est pas du tout glorieux pour les Noirs d’avoir des centaines de champions dont on sait pertinemment qu’un bon nombre est dopé.

{{ Et surtout qu’il y en a marre du Nègre sportif ou musicien et rien que sportif ou musicien !}}

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages