Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Polynésie: Plainte contre la France pour les essais nucléaires

Polynésie: Plainte contre la France pour les essais nucléaires

PAPEETE (Reuters) - Le parti indépendantiste de Polynésie française dirigé par Oscar Temaru va déposer une plainte pour crime contre l'humanité visant l'Etat français pour les essais nucléaires menés pendant 30 ans dans le Pacifique, a annoncé dimanche l'un de ses cadres.

"Les Polynésiens ont été trompés et achetés par la France" durant cette période, "des rayonnements ionisants ayant été intentionnellement diffusés sur la population polynésienne", a déclaré l'ancien sénateur Richard Tuheiava sur la chaîne Polynésie 1ère.

"Nous en avons des preuves", a ajouté ce membre du parti Tavini Huiraatira, sans préciser devant quelle juridiction serait lancée la procédure.

Selon lui, la France a "laissé sciemment des populations, notamment celle de l’atoll de Tureia, sous les rayonnements contaminants" lors des différents essais atmosphériques.

La France a mené des essais nucléaires dans les atolls de Mururoa et Fangataufa, d'abord dans l'atmosphère puis en sous-sol, jusqu'en 1996.

Certains protestants de Polynésie française, regroupés sous la bannière de l’Eglise évangélique ma’ohi, de tendance indépendantiste, avaient déjà annoncé leur intention d'engager une démarche pour crime contre l'humanité contre l'Etat français.

Les représentants de l'Etat en Polynésie française n'ont pas souhaité faire de commentaire.

De source proche de l'administration, on précise toutefois que cette plainte ne suscite aucune inquiétude dans la mesure où, dit-on, elle n’est pas recevable devant le Tribunal pénal international, ni devant aucune autre juridiction internationale.

Daniel Pardon, édité par Simon Carraud

 

Pages