Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Porte du Tricentenaire : Didier Laguerre chargé d'exécuter l'arrêté du Préfet de la Martinique

Porte du Tricentenaire : Didier Laguerre chargé d'exécuter l'arrêté du Préfet de la Martinique

 Mais arrêtez, bon dieu de bon sang ! Vous allez finir par le rendre dingue, le pôvre homme. Il n'avait quand même pas demandé ça !

 En effet, le principal syndicat (CGT-SOEM) des quelques 3.000 employés de la ville de Fort-de-France a publié un "Avis à la population" demandant à cette dernière de venir en masse  demain matin, dimanche 2 août, pour défendre la Porte du Tricentenaire au motif qu'il ne faut pas effacer l'histoire et qu'Aimé Césaire y a fait apposer une fresque réalisée par Khkokho René-Corail.
 On imagine mal que cet "avis à la population" ait été rédigé sans que le maire de la ville, patron des employés municipaux, n'y jette un oeil ni que son parti, le PPM, n'y mette son grain de sel, nombre des employés en question ayant été recrutés depuis des décennies pour des motifs électoralistes (Fort-de-France a cinq fois plus d'employés municipaux qu'une ville de l'Hexagone de même population !). D'ailleurs, dans l'avis à la population, on parle des "trois arbres de la Négritude que sont Aimé Césaire, Léopold-Sédar Senghor, Léon-Gontrand Damas", expression dont il est douteux qu'elle émane d'employés municipaux. 
 Or, patatras !
 Voici que le Préfet de la Martinique vient de prendre un arrêté interdisant toute manifestation aux abords de la...Porte du Tricentenaire dimanche matin. Et qui est chargé d'appliquer cet arrêté ? D'abord et avant tout le maire de Fort-de-France ! Mi dézagréman, mézanmi ! D'un côté, les municipaux appellent à manifester à cet endroit ; d'un autre côté, le patron de ces mêmes municipaux est dans l'obligation d'empêcher toute manifestation au même endroit. 
 Mais bon, à la guerre comme à la guerre, dit un bon vieux proverbe gaulois, n'est-ce pas ?
Image: 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages