Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

RASCOM-1 OU LE RÊVE VOLÉ D’UN SATELLITE PANAFRICAIN...400 MILLION DE DOLLARS EN FUMÉE

Ils étaient tous présents le soir du 21 décembre, au centre spatial de Kourou en Guyane française pour voir s’élancer la fusée Ariane 5.

Des ministres du Bénin, du Cameroun, de Guinée et de Côte d’Ivoire, les yeux rivés vers le ciel. A bord de la fusée européenne : le premier satellite de télécommunication entièrement dédié à l’Afrique, Rascom-1. Un moment historique. Le satellite une fois séparé d’Ariane 5, tout le monde y a cru.

Mais, neuf jours après ce lancement en grandes pompes, le constructeur Thales Alenia Space annonce l’interruption des manœuvres de mise en orbite de Rascom-1, une fuite d’Hélium est détectée sur le satellite.

L’organisation régionale africaine de communication par satellite du même nom (Rascom) retient son souffle. Si la fuite n’est pas réparée dans les semaines à venir, Rascom-1 sera perdu dans l’espace. C’est un enjeu de taille qui se retrouve sur la sellette. Le lancement de Rascom-1 remonter à l’aide de petites pressions engendrées par un système de propulsion secondaire. « Tant qu’il y a encore de l’Hélium on essaie de le remonter » déclare la communication du constructeur Thales, « C’est une question de jour ou de semaines ».

Même ssi Rascom-1 atteint l’orbite prévue, sa durée de vie sera considérablement réduite au vu des incidents rencontrés dans l’espace. Rascom-1 avait été conçu pour fournir l’Afrique en Haut débit pendant une durée de 15 ans. On devrait être fixé sur le sort du premier satellite panafricain au début du mois de février.

400 millions d’euros en suspens : à qui la faute ?

« Si le satellite s’avère inutilisable, Rascom devra faire jouer ses assurances » déclare la communication de Thalès. La direction du constructeur n’a pas souhaité répondre aux questions de la redaction de L’international magazine au sujet de son éventuelle responsabilité. « Tant qu’on n’a pas définit d’où vient cette fuite, on ne peut pas savoir qui est responsable », répond la communication. C’est la première fois qu’un problème de cette nature se produit sur un satellite de Thalès. Pas de réponse non plus du côté de Rascom, les responsables ne donnent pas suite à nos demandes d’interviews.

Outre la perte de 400 millions d’euros rassemblés en quinze années d’existence par le contribuable africain, Rascom risque de perdre sa légitimité.

Créé en 1992 avec le soutient de 45 pays africains, l’organisation panafricaine naît avec l’objectif de conjuguer les efforts des pays membres afin de doter l’Afrique d’une infrastructure de télécommunication à grande échelle. Le but étant d’éviter le transit des communications par l’Europe et l’Amérique.

Si le projet Rascom-1 échoue, il faudra compter 2 ans avant le lancement d’un nouveau satellite. Deux années durant lesquelles il faudra encore payer le prix fort pour utiliser les satellites internationaux.

source: Linternationalmagazine.com - Bahar Makooi, publié le 11/03/2008

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages