Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

SAINTE-LUCIE FETE LE 41è ANNIVERSAIRE DE SON INDEPENDANCE

SAINTE-LUCIE FETE LE 41è ANNIVERSAIRE DE SON INDEPENDANCE

 C'est le 22 février 1979 que notre voisine du sud s'est séparée de sa puissance colonisatrice, l'Angleterre.

 Et dans le même temps, elle a adhéré au Commonwealth qui rassemble tous les pays anglophones de la planète. Ce qui nous démontre une première chose : prendre son indépendance ne signifie pas haïr votre ex-colonisateur. Personne à Sainte-Lucie ne hait l'Angleterre et elle est d'ailleurs toujours, comme la plupart des pays du Commonwealth, sous la tutelle symbolique de la Reine d'Angleterre qui y nomme un gouverneur général. Présenter donc les indépendantistes martiniquais comme des gens qui haïraient la France est donc une absurdité (hélas, entretenue par certains d'entre ceux-ci !).
  Petite île de 630Km2 et d'un peu plus de 165.000 habitants, Sainte-Lucie n'a ni pétrole ni gaz naturel ni fer ni cuivre ni manganèse ni uranium. Pourtant, on constate qu'elle est classée 92è sur la liste des 193 pays de l'ONU pour son IDH (Indice de Développement Humain). C'est-à-dire devant de grands pays disposant d'énormes richesses naturelles comme la Colombie, le Vietnam, le Gabon, l'Afrique du Sud ou encore l'Egypte. Ceci démontre une deuxième chose : ce qui fait un pays, ce ne sont pas les cadeaux de son sous-sol, mais le travail, l'inventivité de ses habitants et la bonne gouvernance. La Martinique non plus n'a pas de mines de cuivre ou d'uranium, mais cela n'a aucune importance !
  Enfin, tout comme ses cousines Barbade, l'île Maurice ou les Seychelles, l'île de Sainte-Lucie ne perd pas son temps dans des délires idéologiques. A la fin de chaque mois, quand le gouvernement saint-lucien doit payer les policiers, les douaniers, les maîtres d'école, les infirmières, les pompiers, les magistrats etc..., il ne compte ni sur MARX et LENINE ni sur TOUTAKHAMON et Hailé SELASSIE. Et surtout pas non plus sur son ancienne puissance colonisatrice, l'Angleterre. Pa ni Manman l'Anglitè ankò ! Il soit se démerder tout seul. Cela s'appelle la responsabilité. Cela s'appelle la souveraineté nationale.
 Certains Martiniquais ricaneront en disant que beaucoup de Saint-Luciens émigrent en Martinique faute de trouver du travail chez eux. Ah oui ? Et combien de Martiniquais émigrent en France depuis un demi-siècle et plus récemment, dans le "Tout-Monde", faute de trouver du travail dans l'île aux fleurs ? Combien déjà ?... 
Image: 

Pages