Accueil

SCANDALE DU SIAEAG (GWADLOUP) : 6 MILLIONS D'EUROS ENVOLES/SCANDALE DU CEREGMIA (MATINIK/GWADLOUP/GUIYAN) : 12 MILLIONS D'EUROS VOLATILISES

   SCANDALE DU SIAEAG (GWADLOUP) : 6 MILLIONS D'EUROS ENVOLES/SCANDALE DU CEREGMIA (MATINIK/GWADLOUP/GUIYAN) : 12 MILLIONS D'EUROS VOLATILISES

   La Guadeloupe vit ces jours-ci au rythme du procès devant le Tribunal correctionnel, du SIAEAG, syndicat s'occupant de l'eau et de l'assainissement dans l'île-aux-belles-eaux.

   Les dépenses somptuaires des ex-responsables de ce syndicat ressemblent à s'y méprendre à celles qui sont listées dans les différents rapports (2 de la Cour des comptes, 1 du Sénat et 1 de l'IGAENER) publiés à l'encontre de l'ex-CEREGMIA, ce groupe de recherches en économie de l'ex-Université des Antilles et de la Guyane, puis de l'Université des Antilles, dont le directeur, aujourd'hui définitivement révoqué de la fonction publique, était Fred CELIMENE, par ailleurs proche du PPM (Parti Progressiste Martiniquais).
   Billets d'avion en première classe pour effectuer des missions-bidons, passations de marchés fictifs, délits de favoritisme, faux en écriture publique et tout le reste à l'avenant. Le procureur de la République a requis 5 ans d'emprisonnement (dont 3 avec sursis) contre Amélius HERNANDEZ, l'ex-président du SIAEG et des peines un peu moins lourdes pour ses différents comparses, tous condamnés également à de lourdes amendes. Le syndicat des eaux et assainissement qui s'est porté partie civile, par la voix de son avocat, annonce des détournements à hauteur de 6 millions d'euros. Somme qui peut paraître énorme et qui l'est en effet, mais qui n'est rien face aux 12 millions d'euros qui se sont volatilisés dans l'affaire de l'ex-CEREGMIA. Rappelons que l'un des premiers chefs d'accusation contre ces universitaires est rien moins que le "détournement de fonds en bande organisée au détriment de l'Union européenne" ! Autrement dit, si les ex-dirigeants du SIEAG ont pillé la Guadeloupe et l'Etat français, leurs alter ego de l'ex-CEREGMIA se sont carrément attaqués à Bruxelles. Trop forts, les gars !
   Sans même parler du fait que si le scandale du SIAEAG est une affaire guadeloupéenne, celui de l'ex-CEREGMIA concerne la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane, territoires où ce groupe de recherches en économie a disposé d'une antenne pendant plus de trois décennies . Or, après 4 longues années d'atermoiements, de silence, de changements de juges d'instruction (3 en 4 ans, le record e France et de Navarre !), voici que l'affaire a été délocalisée à Paris. Au Parquet Financier National plus exactement. On pourrait s'en réjouir dans un premier temps en se disant que la justice des berges de la Seine est plus active et plus efficace que la justice sous les cocotiers, mais en même temps, on peut légitimement se demander si tout ce temps perdu n'a pas pu être mis à profit pour faire disparaître, voire détruire un certain nombre de preuves. Inquiétant !
   En tout cas, la justice universitaire, par le biais du CNESER (Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) a tranché en prononçant la radiation de la fonction publique (avec interdiction d'enseigner dans le privé) des trois principaux responsables du CEREGMIA (Fred CELIMENE, Kinvi LOGOSSAH et Eric CARPIN). A la justice pénale de faire son travail à présent ! D'autant que le Parquet de Fort-de-France a annoncé, il y a quelques mois, que pas moins de 30 personnes sur nos trois territoires, auront à répondre de leurs actes le moment venu.
   OUI, MAIS QUAND ?...  
Image: