Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

S'IL S'AGISSAIT D'UNE BLANCHE, LES CRITIQUES SERAIENT MOINS VIRULENTES

Jean-Laurent Alcide
S'IL S'AGISSAIT D'UNE BLANCHE, LES CRITIQUES SERAIENT MOINS VIRULENTES

 Sibeth N'diaye, la porte-parole du gouvernement Macron, multiplie les bourdes. C'est vrai ! Personne ne peut le nier.

 Mais c'est aussi le cas de beaucoup de ministres. Voire du président lui-même. La crise du coronavirus montre à quel point il s'agit d'une bande d'amateurs. Annonces confuses, rétractations, erreurs, consignes confuses etc. Dans le langage populaire français, ça s'appelle pédaler dans la choucroute. Or, c'est sur Sibeth que tout le monde tombe à bras raccourcis. Y compris les Noirs ! Est-ce bien normal ? Pourquoi l'appeler "Si Bête" sur Facebook ? Pourquoi la déguiser en clown sur Instagram ? Pourquoi se moquer de sa coiffure ?
  Chacun d'entre nous devrait se poser ces questions.
  Porte-parole de gouvernement n'est pas un poste de tout repos. On y sans cesse exposé. On est à la merci d'un oubli ou d'un lapsus. Et comme on est en permanence devant les flashes et les projecteurs, ça ne pardonne pas. Sibeth N'Diaye n'est pas plus nulle qu'une autre. Si elle l'était, jamais MACRON n'aurait pris le risque de la nommer là. Donc que des racistes blancs passent leur temps à la démolir sur Internet, ce n'est pas étonnant. Ce qui l'est et qui est choquant, c'est quand des Noirs s'y mettent eux aussi. C'est de l'auto-racisme inconscient. Certes, personne ne nie que le gouvernement Macron est réactionnaire, anti-peuple. Surtout avec sa réforme des retraites. Mais s'il est parfaitement justifié de critiquer Sibeth sur ses déclarations, même durement, il n'est pas admissible qu'on s'en prenne à son physique ou à ses tenues.
  Pour moi, une porte-parole blanche n'aurait pas subi ça. Mon directeur de publication, celui du présent site, va encore m'accuser de noirisme. Je le sens ! Ce ne sera pas la première fois. On a déjà eu des prises de bec à ce sujet. Mais tant qu'il ne me censurera pas, je vais continuer. Je précise que je ne connais pas Sibeth. Je ne l'ai pas portée au baptême. Je ne la défends donc pas en particulier. Je défends une personne noire placé à un poste très exposé qui subit des critiques injustes. 
Image: 

Commentaires

michel mirgan | 29/03/2020 - 22:43 :
Donc si je comprends bien ,les "Noirs" devraient s'abstenir de condamner des criminels noirs ,d'arrêter des voleurs noirs ,de mettre en prison des pédophiles noirs etc...Bravo!!!!! Alors d'un côté on demande en temps que Noirs l’égalité de traitement et puis en même temps ,on crie au racisme quand on nous critique ..même à juste titre .Bravo!!!
Dan | 01/04/2020 - 14:01 :
L'EGALITE NE S'EXPRIME QUE PAR LE RESPECT DE L'AUTRE On en est encore là même dans une période aussi critique ?! Quelle est la gloire d'ironiser, de critiquer, de malmener l'être humain quel qu'il soit, hier, aujourd'hui ou demain ? Une seule parole, enfin sensée, m'a marquée : "C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que l'on fait passer l'humain avant l'économie". Mais, au-delà de toutes les mesures prises, la méchanceté demeure et une partie de l'humanité ne change pas alors que la situation dramatique devrait amener à une prise de conscience, une remise en question, une réflexion sur nos priorités et nos valeurs... Il est facile de tirer sur l'autre, même en oubliant les conséquences de notre liberté de parole et de penser... Ce que j'en dis : il faut être costaud pour occuper un poste, exposé ou l'on s'expose, être le visage de ceux qui pensent et d'endosser, en fait, leurs paroles, d'avoir la force de s'oublier pour exercer, d'être obéissant pour se plier et demeurer loyale envers les devoirs pour la République, pour une nation. L'exercice est périlleux pour ceux qui osent face à ceux qui ne font rien. Dans la nouveauté et le fait d'être démuni, les pas peuvent être hésitants, des erreurs sont commises, reconnues ou non, mais cela ne justifie en rien la méchanceté qui a certainement pour sentence la situation que nous vivons, eu égard aux nombreuses victimes et souffrances de ceux qui perdent des êtres chers dans des conditions affreuses. L'humanité n'a-t-elle toujours aucune valeur ? Bien à vous.

Pages