Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

SRI-LANKA : FIN DU MYTHE DE LA DOUCEUR EXTREME-ORIENTALE

SRI-LANKA : FIN DU MYTHE DE LA DOUCEUR EXTREME-ORIENTALE

L’opinion publique mondiale étant formatée, en Occident et dans les pays sous influence occidentale, par les grands médias européens et étasuniens, en est venue à avoir une vision complètement déformée d’un certain nombre de réalités. C’est ainsi que ces grands médias ont forgé de toutes pièces le mythe de la douceur extrême-orientale et surtout des religions extrême-orientales. Le bouddhisme est ainsi perçu à travers l’image lénifiante du Dalaï-lama, de son sourire angélique et de son regard pétillant et empreint de bonté. L’hindouisme est présenté par le biais de sages ou de gourous méditant des années durant dans des temples, loin de l’agitation du monde. Le shintoïsme, quant à lui, renvoie à l’état de « zen » qui ne peut s’atteindre qu’au terme d’une très longue méditation. A l’inverse, les trois religions du Livre (hébraïque, chrétienne et musulmane) sont présentées comme maniant depuis toujours le sabre et l’épée, ce qui n’est pas totalement faux (Croisades chrétiennes hier, colonisation sioniste et Jihad islamique aujourd’hui), mais n’est-ce pas quelque peu caricatural ?

Car, à bien regarder que constate-t-on ?

Que les gentils bouddhistes sri-lankais massacrent leurs compatriotes tamouls (et donc hindouistes) avec la dernière des férocités ! Ce qui se passe depuis une semaine dans le nord-est du Sri-Lanka, en particulier dans la péninsule de Jaffna, relève du crime contre l’humanité et de rien d’autre. Villages pilonnés à l’artillerie lourde, femmes et enfants mitraillés à bout portant, camps de réfugiés incendiés, prisonniers de guerre torturés etc…De la sauvagerie à l’état pur ! Tout à fait similaire à celle qu’Israël a fait subir pendant 22 jours à la bande de Gaza.

Mais soyons justes : les « Tigres tamouls », autrement appelés « Armée de libération de l’Elaam », qui, en 1972, ont lancé une guérilla contre l’état sri-lankais pour obtenir la création d’un état tamoul dans le Nord de l’île, ne sont pas des enfants de chœur. Loin de là ! Sait-on, par exemple que ce sont instructeurs « Tigres tamouls » qui, dans la plaine de la Bekaa, au Liban, plus précisément dans les camps de réfugiés tenus par le FDLP (Front de Libération de la Palestine), ont enseigné aux fedayin palestiniens la technique de…l’attentat suicide ? En effet, le suicide est interdit dans les trois religions du Livre. Aujourd’hui, à cause des médias occidentaux, le grand public croit que ce sont les musulmans qui l’ont inventé. C’est une erreur ! Les Algériens, par exemple, ont fait 7 ans de guerre contre les Français, et n’ont pas commis un seul attentat suicide. Les révolutionnaires du FLN, souvent des femmes, pénétraient dans les cafés tenus par les Pieds-Noirs, déposaient une bombe dans les toilettes et s’empressaient de s’en aller. On frappe l’ennemi, mais on ne se frappe pas, on ne se détruit pas, soi-même !

Sait-on que depuis 1972, les Tigres tamouls ont commis davantage d’attentats (à la bombe et par suicide) que…le Hamas, le Jihad islamique et Al-Qaeda réunis ? Ce n’est pas moi qui l’affirme. C’est écrit noir sur blanc sur le site du Département d’Etat américain qui en tient une comptabilité scrupuleuse et les Tigres ont d’ailleurs été la toute première organisation à figurer dans la liste des organisations terroristes établie par les Occidentaux ?

La douceur des cultures et des religions extrême-orientales est un mythe :

. qui a inventé et pratique régulièrement l’immolation par le feu ? Les bouddhistes ! Pendant la guerre du Vietnam, les bonzes s’aspergeaient d’essence pour frapper les esprits américains et aujourd’hui, il est fréquent que des paysans chinois, endettés jusqu’au cou ou expulsés de leur terre, en fassent de même pour protester contre le pouvoir régional ou central. Par contre, on n’a jamais vu un paysan français surendetté ou un fellah égyptien chassé de son lopin de terre se suicider par le feu.

. qui a inventé l’attentat-kamikaze ? Les shintoïstes japonais. Il s’agit de se jeter avec son char ou, le plus souvent, avec son avion contre l’ennemi. On se souvient aussi de ce Japonais, membre l’Armée Rouge japonaise, qui, au début des années 80, débarqua un jour à l’aéroport de Tel-Aviv et ouvrit le feu à la kalachnikov sur tout ce qui bougeait avant de se faire abattre. Armée Rouge japonaise dont certains membres se trouvaient aussi, dans les années 70, dans les camps palestiniens au Liban.

. qui a inventé l’attentat-suicide ? Ce sont les hindouistes, en particulier les Tigres tamouls. Le Département d’Etat U.S., avec un humour sans doute involontaire, écrit même qu’ils ont breveté le « suicide corset », sorte de veste en dessous de laquelle on cache une ceinture d’explosifs.

Que l’on me comprenne bien ! Je ne dis pas que les religions extrême-orientales sont pires que celles du Livre. Je dis qu’elles sont « aussi pires », si on peut employer cette expression, et j’aimerais beaucoup que les Occidentaux convertis au bouddhisme ou les hindouistes antillais arrêtent de nous bassiner avec leurs discours présentant ces religions comme étant pacifiques.

Ceci dit pour en revenir à la crise au Sri-Lanka, il faut une nouvelle fois lutter contre la désinformation occidentale. Cela en devient fatiguant à la longue, mais bon…D’abord, ce qui se passe là-bas n’a rigoureusement rien à voir avec ce qui se passe en Palestine. Les Tamouls du Sri-Lanka ne se sont pas vu voler leur terre ancestrale puisque cette dernière n’est pas dans l’île du Sri-Lanka mais en Inde, au Tamil-Nadu plus précisément. Ce sont les colonialistes anglais qui, au 19è siècle, ont transporté des dizaines de milliers de travailleurs tamouls pour travailler comme semi-esclaves dans leurs plantations. Comme ils l’ont d’ailleurs fait aux Fidji, à Maurice, au Guyana, à Trinidad. C’est dire que l’implantation tamoule au Sri-Lanka est très récente. Le peuple sri-lankais, lui, vit sur sa terre depuis des millénaires. Rien à voir donc avec la Palestine où, en 1948, on a expulsé la population palestinienne qui y vivait depuis toujours. Le problème tamoul au Sri-Lanka est un dégât collatéral de la colonisation britannique. Lorsque le Sri-Lanka est devenu indépendant, évidemment les colonialistes britanniques y abandonnèrent lâchement ceux qu’ils appelaient leurs « Coolees » ! Et ce sont les mêmes Anglais qui aujourd’hui donnent des leçons de respect des droits de l’homme aux Tigres Tamouls !!!

Si donc les Tamouls du Sri-Lanka en sont arrivés à de telles extrémités, si c’est vrai qu’ils ont souvent pratiqué le nettoyage ethnique dans les zones qu’ils contrôlaient durant trente ans, y pourchassant sans pitié bouddhistes, musulmans et chrétiens (nettoyage ethnique plusieurs fois condamné par l’ONU), il n’en reste pas moins vrai que c’est l’attitude de la majorité sri-lankaise à leur égard qui en porte la responsabilité. S’ils avaient été traités en citoyens à part entière, si un minimum d’autonomie leur avait été accordé dans les zones où ils étaient majoritaires, il est clair qu’ils n’auraient pas été contraints de se révolter et de réclamer un état séparé.

Aujourd’hui, les Tamouls sri-lankais fuient en masse vers la terre de leurs ancêtres, traversant les 30kms qui séparent l’île du sous-continent indien, victimes à leur tour du nettoyage ethnique pratiqué par la majorité bouddhiste autochtone. Et tout le monde s’en fout ! Le Sri-Lanka est loin de l’Europe et des Etats-Unis. Le Sri-Lanka n’a pas de pétrole. Et surtout les Tigres tamouls, contrairement au Jihad islamique ou Al-Quaida, n’ont jamais frappé l’Occident. Ils ont tué des dizaines de hauts responsables et de ministres sri-lankais et un seul étranger - et pas des moindres ! - Radjiv Gandhi, premier ministre indien (d’où le relatif désintérêt de l’Inde pour le drame qui se déroule dans la grande île).

Ainsi donc, tant que l’Occident ne se sent pas menacé dans ses intérêts, il s’en fout ! La Palestine l’intéresse parce que d’une part, il y a le pétrole tout près et d’autre part parce qu’il peut être frappé à tout moment par les extrémistes musulmans.

Sinon, aucune religion, quelle qu’elle soit, n’est meilleure ou plus douce qu’une autre. Cessons donc de colporter des mythes !...

Commentaires

philippe | 07/02/2009 - 09:23 :
Cher Raphaël Confiant, J'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre réflexion sur la situation au Sri Lanka. Je partage en grande partie votre point de vue, en particulier lorsqu'il s'agit de dénoncer la violence et l'horreur d'un conflit dont l'un et l'autre camps doivent être tenus pour coupables. Dans quelle proportion ? A quel niveau et à quel degré ? L'Histoire même ne saura jamais tout à fait en rendre compte. Le regard immédiat que nous portons sans beaucoup de recul encore moins. Il y a cependant deux points contre lesquels je tiens à élever ma voix. {{Premièrement}} - et j'admets que l'on puisse toujours discuter la chose - il me paraît facile et caricatural d'amalgamer systématiquement violence et religion. Que des individus et des groupes humains de religion chrétienne, hindoue, bouddhiste, musulmane, juive ou shintoïste... se soient livrés et se livrent à la violence, nul ne saurait le nier. Ici encore, nus ne jouerons pas le jeu de savoir où est le pire et où est le "moins pire". Que la religion de ces individus ou de ces groupes humains soit la source même de la violence serait autre chose, et serait un abus. Les situations, on le sait, connaissent une infinité de nuances. Que les croisades chrétiennes du Moyen âge en "Terre sainte" ou en Pays Cathare, que le jihad islamique actuel... soient des formes odieuses de violence inspirées par les autorités religieuses est chose certaine. Que la religion elle-même soit la raison d'être, et l'unique raison d'être, de ces violences searit autre chose. Pour ce qui est du Sri Lanka aujourd'hui, que je sache, la situation conflictuelle repose beaucoup plus sur des bases politiques et sociales, voire économiques, que sur des bases religieuses. Cela n'empêche pas des religieux bouddhistes ou hindous de se transformer en pousse-au-crime. Certes. Ce qu'il faudrait dire explicitement alors, c'est que la religion, quelle qu'elle soit, occidentale, orientale ou extrême-orientale, n'empêche pas que certains de ceux qui s'en réclament soien d'abominables criminels. Et je pense, Raphaël Confiant, que c'est ce que vous souhaitiez exprimer. Ce qu'il ne faudrait pas laisser sous-entendre, c'est que la religion serait cause fondamentale et unique de tous ces maux. C'est un individu n'adhérant à aucune religion qui le dit. {{Le second point}} auquel il me faut impérativement réagir est tout autre. Mais cette fois c'est avec certitude que je me permets d'intervenir. Votre article contient une erreur historique monumentale. Certes les colons britanniques, comme aux Antilles, aux Mascareignes, aux Fidji, etc. ont engagé des travailleurs tamouls, notamment sur les plantations de café (avant la reconversion obligée dans ce qui est devenu le thé de Ceylan) au XIXème siècle. Mais cette "communauté" tamoule récente, installée dans les Hautes-Terres de l'île, au centre-sud, n'a pratiquement rien à voir avec le conflit qui frappe le nord et a aussi concerné l'est du pays. Là résident depuis 2 500 ans environ des Tamouls, arrivés dans l'île à peu près en même temps que les Cinghalais ! Nous ne chercherons pas à régler ici des questions de préséance ! Si ce devait être le cas, il faudrait plutôt évoquer les véritables autochtones de l'île, les Veddahs, aujourd'hui quasi disparus. Ce que je cherceh à fare comprendre, c'est que la question de légitimité, de droit à la terre et de ce qui en découle plonge ses racines dans des problématiques autrement plus anciennes - et donc inextricables - que ce que vous semblez croire. Opposer la situation sri lankaise à celle de la Palestine et d'Israël n'et donc pas aussi évident. Si une différence majeure existe - et encore serait-elle à voir de beaucoup plus près - c'est que Tamouls et Cinghalais avaient abouti assez tôt à une répartition géographique, certes fluctuante, de leur implantation, tandis que Palestiniens, Hébreux et autres peuples de leur région vivaient essentiellement en nomades, parcouraientles mêmes territoires et ne s'inscrivaient donc pas dans des frontières qu'ils revendiquent aujourd'hui où l'ordre mondial impose plus ou moins qu'une nation corresponde à un pays et un pays à un territire borné. Pour mieux comprendre la situation sri lankaise, je vous renvoie à mon site {Indes réunionnaises} (www.indereunion.net). Vous y trouverez notamment un dossier sur les Tamouls du Sri Lanka (http://www.indereunion.net/actu/Lanka/tamouls.htm) un peu ancien mais toujours d'actualité, ainsi qu'une page appelant à la Paix au Sri Lanka (http://www.indereunion.net/special/paixSL.htm). Je viens par ailleurs de lancer un appel, sur ma dernière lettre d'information, postée hier : le projet d'une pétition pour demander aux instances internationales d'intervenir plus fermement qu'elles ne le font sur le conflit en cours. Si votre site peut relayer cette initiative...
philippe | 07/02/2009 - 12:01 :
(Version débarrassée des principales coquilles. Merci de ne pas tenir compte de la version précédente) Cher Raphaël Confiant, J'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre réflexion sur la situation au Sri Lanka. Je partage en grande partie votre point de vue, en particulier lorsqu'il s'agit de dénoncer la violence et l'horreur d'un conflit dont l'un et l'autre camps doivent être tenus pour coupables. Dans quelle proportion ? A quel niveau et à quel degré ? L'Histoire même ne saura jamais tout à fait en rendre compte. Le regard immédiat que nous portons sans beaucoup de recul encore moins. Il y a cependant deux points contre lesquels je tiens à élever ma voix. {{Premièrement}} - et j'admets que l'on puisse toujours discuter la chose - il me paraît facile et caricatural d'amalgamer systématiquement violence et religion. Que des individus et des groupes humains de religion chrétienne, hindoue, bouddhiste, musulmane, juive ou shintoïste... se soient livrés et se livrent à la violence, nul ne saurait le nier. Ici encore, nus ne jouerons pas le jeu de savoir où est le pire et où est le "moins pire". Que la religion de ces individus ou de ces groupes humains soit la source même de la violence serait autre chose, et serait un abus. Les situations, on le sait, connaissent une infinité de nuances. Que les croisades chrétiennes du Moyen âge en "Terre sainte" ou en Pays Cathare, que le jihad islamique actuel... soient des formes odieuses de violence inspirées par les autorités religieuses est chose certaine. Que la religion elle-même soit la raison d'être, et l'unique raison d'être, de ces violences serait autre chose. Pour ce qui est du Sri Lanka aujourd'hui, que je sache, la situation conflictuelle repose beaucoup plus sur des bases politiques et sociales, voire économiques, que sur des bases religieuses. Cela n'empêche pas des religieux bouddhistes ou hindous de se transformer en pousse-au-crime. Certes. Ce qu'il faudrait dire explicitement alors, c'est que la religion, quelle qu'elle soit, occidentale, orientale ou extrême-orientale, n'empêche pas que certains de ceux qui s'en réclament soient d'abominables criminels. Et je pense, Raphaël Confiant, que c'est ce que vous souhaitiez exprimer. Ce qu'il ne faudrait pas laisser sous-entendre, c'est que la religion serait cause fondamentale et unique de tous ces maux. C'est un individu n'adhérant à aucune religion qui le dit. Le {{second point}} auquel il me faut impérativement réagir est tout autre. Mais cette fois c'est avec certitude que je me permets d'intervenir. Votre article contient une erreur historique monumentale. Certes les colons britanniques, comme aux Antilles, aux Mascareignes, aux Fidji, etc. ont engagé des travailleurs tamouls, notamment sur les plantations de café (avant la reconversion obligée dans ce qui est devenu le thé de Ceylan) au XIXème siècle. Mais cette "communauté" tamoule récente, installée dans les Hautes-Terres de l'île, au centre-sud, n'a pratiquement rien à voir avec le conflit qui frappe le nord et a aussi concerné l'est du pays. Là résident depuis 2 500 ans environ des Tamouls, arrivés dans l'île à peu près en même temps que les Cinghalais ! Nous ne chercherons pas à régler ici des questions de préséance ! Si ce devait être le cas, il faudrait plutôt évoquer les véritables autochtones de l'île, les Veddahs, aujourd'hui quasi disparus. Ce que je cherche à faire comprendre, c'est que la question de légitimité, de droit à la terre et de ce qui en découle plonge ses racines dans des problématiques autrement plus anciennes - et donc inextricables - que ce que vous semblez croire. Opposer la situation sri lankaise à celle de la Palestine et d'Israël n'et donc pas aussi évident. Si une différence majeure existe - et encore serait-elle à voir de beaucoup plus près - c'est que Tamouls et Cinghalais avaient abouti assez tôt à une répartition géographique, certes fluctuante, de leur implantation, tandis que Palestiniens, Hébreux et autres peuples de leur région vivaient essentiellement en nomades, parcouraient les mêmes territoires et ne s'inscrivaient donc pas dans des frontières qu'ils revendiquent aujourd'hui où l'ordre mondial impose plus ou moins qu'une nation corresponde à un pays et un pays à un territoire borné. Pour mieux comprendre la situation sri lankaise, je vous renvoie à mon site {Indes réunionnaises} (www.indereunion.net). Vous y trouverez notamment un dossier sur les Tamouls du Sri Lanka (http://www.indereunion.net/actu/Lanka/tamouls.htm) un peu ancien mais toujours d'actualité, ainsi qu'une page appelant à la Paix au Sri Lanka (http://www.indereunion.net/special/paixSL.htm). Je viens par ailleurs de lancer un appel, sur ma dernière lettre d'information, postée hier : le projet d'une pétition pour demander aux instances internationales d'intervenir plus fermement qu'elles ne le font sur le conflit en cours. Si votre site peut relayer cette initiative...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages