Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Stop à la démagogie Monsieur le Maire !

Lucien PAVILLA
Stop à la démagogie Monsieur le Maire !

Nous savons tous que les populations restent sensibles à la collecte des déchets sur les plages.

Nous savons aussi que la démagogie fait partie de l’arsenal de la stratégie électorale. Néanmoins, est-ce des raisons pour manifester à chaque occasion le démos dans son néant normatif.

Ça y est vous êtes réélu, il n’y aura pas de deuxième tour au Carbet le 28 juin 2020 !

Alors, arrêtez d’instrumentaliser avec cynisme un sujet aussi important que celui de l’environnement pour faire le buzz et vous donner le bon rôle. C’est indigne et pas à la hauteur de l’impératif du nettoyage des plages.

Et d’ailleurs pas seulement les plages ; allez faire un tour dans l’arrière-pays !

 

Les opérations de collecte des déchets répondent avec force à une exigence de salubrité et de protection de l’environnement sur notre territoire. Le conscientisé que je suis sur les problèmes de l’environnement vous dit bravo pour avoir organisé ces opérations dans la cité et par conséquent prendre à bras le corps le problème d’insalubrité dans la commune.

Mais n’utilisez pas cette action citoyenne pour vous mettre en scène Jean-Claude Écanvil !

 

C’est exaspérant !

 

Car, à chaque fois que vous convoquerez la population pour la séduire en cherchant à épouser ses désirs pour mieux les contrôler et les tourner à votre avantage, vous utiliserez le démos dans la démagogie et non dans l’action démocratique. Votre attitude consistera alors à flatter les aspirations du plus grand nombre pour obtenir ou conserver le pouvoir. Vous n’allez pas vous rendre plus populaire que vous l’êtes, ni gagner en légitimité.

 

Ne confondez pas démagogie et démocratie !

 

Les administrés ne sont ni sourds, ni muets, ni aveugles ; et ne croyez pas non plus qu’ils soient incultes, en d’autres termes des cons ou tous des illettrés. Détrompez-vous, « Ti Sonson » est aujourd’hui éduqué, informé et sensible à la vie démocratique de la cité. Pa rété « Ti Sonson » ankò jodi jou, donc vous ne couillonnerez personne, le fort taux d’abstention aux dernières élections en est la preuve. « Ti Sonson » ne s’est malheureusement pas déplacé pour aller voter vous donnant de fait une majorité, ce qui a permis votre réélection le 15 mars dernier dès le premier tour.

 

Attention donc à la majorité qui sommeille !

 

Vous avez confiance dans vos certitudes, vous avez l’air de ne jamais douter, vous êtes en béton, la chute de l’édifice fera du bruit et de la poussière quand la majorité silencieuse s’éveillera.

 

Alors, cher Monsieur, vous êtes maintenant au pouvoir pour un troisième mandat, les concitoyens attendent autre chose de leur Maire que cette mise en scène lors des séances de collecte de déchets sur les plages du Carbet.

 

Monsieur le Maire, le Conseil municipal est en place, l’heure de vous mettre au travail a sonné, car le développement de la commune a suffisamment pris du retard.

 

Permettez-moi de vous rappeler qu’en mai 2008, fraîchement élu, vous avez reçu, avec de très bonnes intentions, Alain Lipietz, alors député européen, lors d’une mission intitulée : « GRANDES BATAILLES, CHANGEMENT CLIMATIQUE – EFFET DE SERRE », le Carbet était au centre des préoccupations.

Et voilà ce qu’était l’enjeu du débat : « Seul un projet de développement soutenable, économe des ressources naturelles, économe des ressources importées, protecteur de l'environnement, offrant du travail décent à tous les habitants, et largement concerté avec la population, permettra à la Martinique de s'engager vers une plus grande autonomie ». Propos recueillis dans les conclusions du rapport final, fin de citation !

 

Vous avez eu deux mandats pour élaborer le projet et le traduire en politiques publiques, il est temps maintenant de transformer ces bonnes intentions consignées dans le rapport en actions concrètes.

Car :

  • Nous attendons toujours le plan de protection du littoral carbétien. Ou ka di kè la CTM ka anpéché-ou travay, mé dépi démil huit ou palé disa épi Lipietz. La CTM rivé an démil tjenz sa téka fè sèt-an ou téja la…

 

  • Nous attendons toujours le plan d’assainissement des eaux usées et pluviales. Ou ka maché anlè la rout Piton-a ou dwèt ja wè kè ni dlo sal ka koulé an lari-a tout lajounen. É sé pa jòdi !

 

  • Nous attendons toujours le plan énergie. Sé pa lè-ou mété dé-twa panno solè anlè yonn dé batiman lékol ou ni an plan énèji.

 

  • Nous attendons toujours la mise en place de structures de démocratie participative. D’ailleurs, s’agissant de la démocratie participative, voilà ce que retiennent les conclusions du rapport : « Pour les élus (il s’agit des élus du Carbet), la meilleure façon de s'assurer qu'ils répondent aux attentes de leurs concitoyens, c'est d'expliquer la politique municipale, faire partager les choix avec les habitants et les consulter régulièrement au sein de structures de démocratie participative ».

 

  • Nous attendons toujours la mise en service de la médiathèque et du centre de séjour. C’est à croire que faire en sorte que la commune ait un équipement comme une médiathèque pour promouvoir la lecture publique en direction de nous autres Carbétiens, un outil indispensable au développement personnel de l’enfant, est moins important que des ambiances populaires au bénéfice des restaurants de plage.

 

Eh bien ! pour que le Carbet devienne véritablement une commune exemplaire en matière de développement soutenable, dixit l’objet du rapport, nous attendons Monsieur le Maire, avec impatience, DES RÉALISATIONS et non des mises en scène. 

 

 

Lucien PAVILLA

Pages