Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
REFERENDUM DU 17 JANVIER 2010

TAUBIRA ET LE COLLECTIFDOM DEMANDENT QUE LES ANTILLO-GUYANAIS DE FRANCE VOTENT AUSSI !

Décidément, on aura tout vu chez nos assimilationnistes de Droite et de Gauche. Voici qu’ils se sont mis en campagne pour obtenir du gouvernement français que les Martiniquais et les Guyanais vivant en France puissent participer à la consultation référendaire du 17 janvier 2010 !!!

Comme c’est étrange : on croyait que pour ces messieurs-dames, nous étions des Français à part entière avec juste un léger bronzage et les cheveux entortillés. Ce qui veut dire que chacun d’entre nous vote, a le droit de voter, dans l’endroit ou il vit ou alors sur la liste électorale où il est inscrit.

C’est la loi « fouançaise » et bien « fouançaise » !

On ne peut donc pas, selon ladite loi, être inscrit sur deux listes électorales à la fois. Que les gens du COLLECTIFDOM (assimilationniste de Droite) puissent l’ignorer passe encore, mais que la Dame Taubira (assimilationniste de Gauche) qui siège à l’Assemblée nationale feigne de ne pas le savoir relève de la macaquerie politicienne pure et simple. Taubira sait fort bien qu’on ne peut pas être inscrit à la fois à Sarcelle et à Cayenne (ou à Fort-de-France) !

Alors, bien sûr, nos assimilationnistes avancent un argument fallacieux : il s’agit de l’avenir de la Martinique et de la Guyane et donc tous ceux qui en sont originaires devraient avoir leur mot à dire. Fort bien ! Mais alors pourquoi ne pas faire voter aussi (dans les ambassades ou consulats français) les 7.000 Antillo-Guyanais de Londres, les 3.000 Antillo-Guyanais du Québec, les 2.500 Antillo-Guyanais de la Réunion, voire les 10.000 Antillo-Guyanais d’Afrique noire ? N’auraient-ils pas eu aussi leur mot à dire sur « leur pays » ?

En fait, il s’agit là d’une manœuvre misérable des assimilationnistes de Droite et de Gauche pour jeter le trouble dans l’esprit des gens, pour brouiller les cartes, pour foutre la merdre comme on dit vulgairement. Ce n’est pas une attitude qui honore ces messieurs-dames pour autant qu’il leur reste un minimum d’honneur. Car comment serait-il possible de définir un électorat martinico-guyanais de France ? A partir de quel critère ? sur quelle base ? On en est déjà à la 4è génération de descendants d’Antillo-Guyanais, est-ce que les 3è et 4è générations qui, pour la plupart, n’ont jamais mis les pieds en Martinique ou en Guyane et qui s’y intéressent peu, auront le droit de participer aussi à la consultation référendaire ?

Et les enfants, très nombreux, des couples dits « mixtes », cela leur sera-t-il possible ? Si oui, cela signifierait qu’ils auront la possibilité de voter en 3 endroits différents : à Paris ou dans la région parisienne où ils sont nés et habitent le plus souvent ; chez papa (en Martinique ou en Guyane) ; chez maman (en Bourgogne ou en Gironde). C’est carrément du n’importe quoi !

Le COLLECTIFDOM et la Dame Taubira sont des farceurs, rien d’autre ! Des brouilleurs de carte.

Commentaires

eric2 | 20/10/2009 - 23:02 :
Les antillais qui vivent en métropole ne sont pas tous comme ceux que vous décrivez. J'en connais qui sont revenus s'installer en Martinique et bien d'autres qui ont ce projet et qui s'intéressent de près au pays qui les a vu naitre. Donc, de grâce, ne mettez pas tous ces gens dans le même sac!! D'autre part, que pensez vous du fait que les métropolitains inscrits sur les listes en Martinique pourront donner leur avis dans les urnes alors qu'un certain nombre d'entre eux quitteront définitivement le pays à terme et ne sont donc que de passage sans vraiment s'intégrer? Enfin, il me semble évident que les Martiniquais qui ont quitté le pays pour s'installer ailleurs qu'en France méritent le même respect que ceux qui sont en France.
meg | 23/10/2009 - 10:12 :
Je suis une lectrice assidue de votre site et je n'ai jamais perdu contact avec les réalités martiniquaises. Militante très jeune, j'ai 36 ans, le fait de vivre en Métropole ne change rien à mes idées et idéaux. Je ne partage donc absolument pas votre opinion. J'ai suivi mon mari Martiniquais comme moi à Paris depuis 2005. J'y travaille et j'y élève mes enfant. Cependant je ne compte pas vivre ici et je veux revenir définitivement chez moi. Je n'attends que la permutation ou la mutation de mon époux avec un agent de la SECU pour revenir au pays. Je veux moi aussi participer à l'évolution de mon ïle et j'estime que j'ai encore plus le droit que ces métros installés en Martinique qui pourront alors voter. Aussi, je trouve fort intéressant que nous puissions avoir la possibilité de voter nous aussi!!!

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages