Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

«T’es un Chinois, retourne dans ton pays!»

Marco Fortier (in "Le Devoir")
«T’es un Chinois, retourne dans ton pays!»

Préposé dans un stationnement souterrain au centre-ville de Montréal, Gyamtso Sotse Jabo a été interpellé la semaine dernière par deux hommes : « T’es un Chinois, retourne dans ton pays ! » Quelques secondes plus tard, l’employé a eu la surprise de sa vie. Un des hommes a lancé une bouteille d’alcool qui est venue se fracasser à quelques mètres de lui.

« J’ai entendu la bouteille siffler près de moi. J’ai été vraiment chanceux », raconte le père de famille d’origine tibétaine.

« Je dois avouer que depuis je suis nerveux. J’ai peur qu’on me lance quelque chose dans le dos », ajoute Gyamtso Sotse Jabo. En 20 ans de vie au Québec, il n’avait jamais vécu de geste violent comme celui-là. Au contraire, il s’est toujours senti chez lui dans son pays d’adoption.

Il constate cependant une tension sociale depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a deux mois. En février, tandis que la crise frappait durement la Chine, il a remarqué que les passants s’éloignaient de lui à Montréal. Dans un sentier enneigé, une dame a même fait un détour de 10 mètres pour l’éviter, en s’enfonçant dans la neige.

Le père de famille tibétain n’est pas le seul à subir les contrecoups de la crise sanitaire qui sévit partout dans le monde. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) s’inquiète de la hausse de la discrimination, du racisme et de la violence contre les Québécois d’apparence asiatique.

Des gens pensent à tort que les Asiatiques propagent le virus parce que la pandémie a pris naissance en Chine, souligne Myrlande Pierre, vice-présidente de la CDPDJ. « Dans les contextes de crise économique ou sanitaire, il est démontré que la discrimination contre certains groupes minoritaires peut être exacerbée », dit-elle.

Les communautés asiatiques du Québec vivent des moments pénibles depuis deux mois. Des pagodes bouddhistes ont été vandalisées, un homme a été poignardé et d’autres agressions ont eu lieu. Des commentaires racistes et violents pullulent dans les réseaux sociaux. Et des gens aux traits asiatiques se font insulter dans les commerces.

Tony Wong, originaire de Hong Kong, s’est fait agresser vendredi dernier dans la ligne verte du métro de Montréal. Il affirme s’être fait frapper à la tête par un passager. « Il est venu s’asseoir près de moi et m’a regardé de façon insistante, sans rien dire, puis il m’a donné un coup de poing sur le côté gauche de la tête. J’ai eu l’impression qu’il n’aimait pas que je porte un masque », raconte le Montréalais, qui vit au Québec depuis 34 ans.

Il est sorti rapidement à la station suivante — Frontenac — et est allé alerter le chauffeur du métro. « Je dis toujours à mes amis de partout dans le monde que Montréal est une ville pacifique, où il n’y a pas de crime. Je ne peux pas croire que ça m’est arrivé », dit Tony Wong.

Un guide pour les victimes

Fo Niemi, du Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), a accompagné M. Wong dans ses démarches pour porter plainte à la police. Les actes haineux visant les gens d’origine asiatique prennent tellement d’ampleur que le CRARR a produit un guide pour aider les victimes. L’organisme donne des conseils en cas d’agression physique, de vandalisme contre la propriété ou d’insultes ou plaisanteries racistes.

« Quand une population se sent inquiète, comme depuis la déclaration d’urgence sanitaire, on a tendance à chercher des boucs émissaires », explique Fo Niemi, directeur du CRARR. Des Asiatiques se font aussi assaillir à cause des décisions du gouvernement chinois.

« Quand des clients se font insulter dans un commerce, les employés n’interviennent pas. On fait appel à la responsabilité sociale des entreprises pour protéger les clients », ajoute-t-il.

Une simple sortie au supermarché peut devenir une source de stress, confirme Mei Jean Varin, une Québécoise d’origine chinoise qui a été adoptée peu après sa naissance. « Quand je dois sortir, je me prépare mentalement. Comment je vais réagir si on me fait des remarques racistes ? Qu’est-ce que je fais si on m’attaque ? Est-ce que j’aurai de l’aide ? » raconte la jeune femme d’Outremont, qui travaille comme intervenante sociale pour un organisme d’aide aux jeunes et aux parents.

« Le Québec, c’est chez nous. Les gens sont foncièrement gentils. Ils sont bons. Je vois beaucoup de générosité, d’amour, de soutien. Mais il y a une minorité de gens qui sont racistes », dit Mei Jean Varin.

Appel à Legault

Cindy Wang, médecin en résidence dans un hôpital montréalais, vit les mêmes sentiments : fierté d’être Québécoise, fierté d’appartenir à ce peuple ouvert et tolérant, et découragement de voir jour après jour des propos dénigrants dans les réseaux sociaux. « Il est temps que le gouvernement Legault intervienne pour protéger ses citoyens asiatiques », dit cette jeune femme d’origine chinoise, arrivée à Montréal avec ses parents alors qu’elle était âgée de neuf ans.

« Si on donne des amendes aux gens qui ne respectent pas les règles de confinement, pourquoi laisser les gens abuser de la liberté d’expression ? » dit-elle.

« Il y a énormément d’Asiatiques qui travaillent dans les services essentiels. De nombreux médecins, infirmières, pharmaciens et d’autres travailleurs de la santé d’origine asiatique sont en première ligne, en train de sauver des vies. »

Pages