Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

UN ÉGYPTOLOGUE DIT QUE LES ARABES AVAIENT DÉCHIFFRÉ LES HIÉROGLYPHES 1000 ANS AVANT CHAMPOLLION

http://afrikhepri.org/

L’histoire nous apprend que c’est le Français Jean-François Champollion qui a déchiffré le premier, en 1822, les hiéroglyphes égyptiens. Sauf que si l’Europe avait été moins repliée sur elle-même, elle aurait pu les déchiffrer bien plus tôt… puisque les Arabes y étaient parvenus 1000 ans auparavant! 

L’égyptologue Okasha El Daly, de l’Institut d’archéologie du Collège universitaire de Londres, vient en effet de découvrir des documents qui prouvent que les savants arabes avaient percé le mystère des hiéroglyphes égyptiens dès le IXe siècle. Les hiéroglyphes mystifiaient les savants européens depuis un long moment, jusqu’à la découverte de la pierre de Rosette lors de l’expédition militaire de Napoléon en Égypte. Cette pierre comprenait une inscription en trois langues, dont le grec ancien et l’égyptien, ce qui avait fourni à Champollion la clef.

 

C’est dans des manuscrits non catalogués et écrits en arabe, répartis dans des collections privées et publiques un peu partout dans le monde, que le docteur Daly a conclu, au terme d’une recherche fastidieuse de sept ans, que les érudits arabes du Moyen âge avaient suivi le même chemin. Selon lui, ces documents sont restés si longtemps dans l’oubli pour la banale raison que les spécialistes des études arabes et islamiques n’avaient pas saisi l’intérêt que ces manuscrits avaient pour l’égyptologie. Quand aux égyptologues occidentaux, trop eurocentristes, ils ne croyaient tout simplement pas que les Arabes auraient pu s’intéresser eux aussi à l’Égypte ancienne.

 

Les découvertes du docteur Daly seront publiées dans un livre d’ici la fin de l’année. Les précieux manuscrits des savants arabes vont permettre de faire avancer les études sur l’ancienne Égypte, et pourront en outre dissiper un peu les préjugés des scientifiques occidentaux à propos de la science islamique…

 

SOURCE : http://www.sciencepresse.qc.ca/archives/2004/cap2510046.html

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages