Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Un recteur peut-il impunément attaquer en justice un site-web martiniquais ?

    Un recteur peut-il impunément attaquer en justice un site-web martiniquais ?

 Dans un article publié hier sur notre site, intitulé "Quand Montray Kréyol est poursuivi en justice par le recteur de la Martinique", nous avons expliqué cette affaire en détail et nous demandons à nos lecteurs de s'y reporter en cas de besoin.

 Très brièvement résumé, le recteur nous accuse de diffamation à cause d'un article publié en 2019 dans lequel à aucun moment il n'est nommé et surtout qui ne comporte pas les graffitis apposés par le mouvement féministe METTOO# sur les murs de l'Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux à son encontre (il y était enseignant) et reproduits sur le site INFOS-LUTTES BORDEAUX de 2015...à 2021. Jusqu'à la date d'aujourd'hui donc ! MONTRAY KREYOL l'a fait constater par un huissier de l'Hexagone, constat transmis à la justice. 
 Or, le recteur n'a jamais porté plainte ni contre INFOS-LUTTES BORDEAUX en 2015 ni après et n'a pas porté plainte non plus contre les sites martiniquais (FRANCE-ANTILLES, RCI, MAKACLA etc.) qui avaient reproduit les graffitis de METOO# en 2019. Il a porté plainte UNIQUEMENT contre MONTRAY KREYOL qui ne les avait pas publiés dans l'article incriminé !!! On notera au passage l'étrange et inhabituelle célérité de la justice en Martinique quand il s'est agi d'instruire la plainte du recteur. Même aux 24h du Mans, on ne ferait pas mieux ! 
  De toute évidence, il s'agit là d'une attaque frontale contre notre site et dans le même temps contre la liberté de la presse. N'aurions-nous pas le droit de poser la question de savoir pourquoi, depuis plus d'un demi-siècle, certains (pas tous évidemment !) hauts fonctionnaires hexagonaux sont exfiltrés en Outremer et donc en Martinique parce qu'ils ont des casseroles dans l'Hexagone ? Question posée sans jamais nommer quiconque ni de donner un quelconque élément d'identifier qui que ce soit. L'article, pour lequel nous sommes poursuivi en justice ne comporte, en effet, aucune indication du genre "haut fonctionnaire de l'Education nationale" ni "recteur" ni "Rectorat de la Martinique". Or, comme chacun sait les hauts fonctionnaires hexagonaux sont légion en Martinique : Préfecture, ARS, Sécurité Sociale, La Poste, Justice, CHUM, Police, Education nationale, Douanes, Aviation Civile etc...etc...
  Les Martiniquais accepteront-ils que quelqu'un, qui ne sera plus en poste chez nous dans six mois ou dans un an et qui n'a jamais été nommé, assigne en justice un site-martiniquais ? Accepteront-ils que la Justice condamne notre site alors que jusqu'à la date d'aujourd'hui les photos des graffitis figurent sur le site INFOS-LUTTES BORDEAUX lequel n'a jamais été poursuivi par le mis en cause ? Accepteront-ils que la liberté de la presse soit bafouée une fois de plus ? 
  En tout cas, nous les invitons à venir au Tribunal de Fort-de-France ce mardi 16 mars à 8H30, date de l'audience avec juste leurs masques anti-covid. Pas de tracts ni de mégaphones. Pas de banderoles ni de prises de parole. 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages