Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

VENEZUELA : SAINT-VINCENT, LA DOMINIQUE, BARBADE ET TRINIDAD RESISTENT AUX PRESSIONS DES ETATS-UNIS

VENEZUELA : SAINT-VINCENT, LA DOMINIQUE, BARBADE ET TRINIDAD RESISTENT AUX PRESSIONS DES ETATS-UNIS

 Non, les Etats-Unis ne sont pas tout puissants même s'ils sont encore la première puissance économique mondiale et possèdent l'armée la mieux équipée.

 Oui, de micro-états insulaires peuvent parfaitement résister aux injonctions ou aux menaces de Washington. C'est ce que ne cessent de démontrer depuis des mois Saint-Vincent, la Dominique, Barbade et Trinidad. D'abord, en s'étant refusés au sein de l'OEA (Organisation des Etats Américains) de voter en faveur de la résolution présentée par les Etats-Unis exigeant que le leader de l'opposition Juan GUIDO soit reconnu comme président légitime du Venezuela. Ensuite, en refusant de s'associer ou d'approuver l'envoi de la véritable armada de porte-avions que TRUMP vient d'envoyer au large du pays de Simon BOLIVAR dans l'objectif avoué de renverser le régime en place puisqu'un contrat de 15 millions de dollars a été mis sur la tête du président Nicolas MADURO.
 Celles et ceux donc qui, en Martinique en Guadeloupe, craignent l'indépendance au motif que "nous deviendrons esclaves des Etats-Unis" se trompent. Certes, ces derniers ne manqueront pas de prendre des sanctions contre ces états "rebelles", mais il y a une limite qu'ils ne peuvent dépasser et ils le savent fort bien : ne pas les fragiliser au point que leurs gouvernements tombent et soient remplacés par des régimes marxistes. Un Cuba, ça va, deux à la limite et encore ! L'invasion de Grenade démontre que cela ne leur est pas acceptable. Donc "purger" ces états pour que demain, trois, cinq ou sept petits Cuba apparaissent, ça, les Etats-Unis savent pertinemment qu'ils ne doivent pas jouer à ce jeu-là.
 Ils sont donc obligés de composer avec la "rébellion" et juste se contenter de marquer leur mauvaise humeur en ne les invitant pas par exemple à la réunion qu'ils organisent ce weekend en Floride avec leurs habituels affidés : Jamaïque, Bahamas, Haïti ou encore République Dominicaine. Mais de ça, les états "rebelles" s'en contrefichent !

Pages