Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Ayiti

Ayiti
20 millions de dollars du Japon pour construire 12 écoles en Haïti
Rezonodwes.com

   Éducation/ Coopération Haïtiano-japonaise : Don de 20 millions de dollars du Japon en appui au renforcement du parc scolaire haïtien

Ayiti
Selon la FAO, 5 millions de gens ont faim en Haïti
Loop Ayiti News

   L’objectif pour la Caraïbe est l’éradication de la faim dans la région à l’horizon 2030. Très difficile répond un dernier rapport de la FAO et de l’organisation panaméricaine de la Santé (OPS). Dans six pays, la faim a augmenté y apprend-on. La pire situation en termes de prévalence de la malnutrition affecte Haïti, avec près de 47% de la population, soit cinq millions de gens, qui ont faim.

Ayiti
LE PREMIER MINISTRE JACK GUY LAFONTANT A DÉMISSIONNÉ

En pleine séance d'interpellation ce samedi 14 juillet, le Premier ministre Jack Guy Lafontant a confié avoir remis sa démission au président de la République avant se rendre au Parlement. Le chef de l'Etat a accepté sa démission et devra engager des discussions avec le Parlement pour nommer un successeur au premier ministre démissionnaire qui va entre-temps expédier les affaires courantes.

 

Ayiti
Le créole, «seule langue officielle» d’Haïti: mirage ou vaine utopie?
Robert Berrouët-Oriol

L’idée selon laquelle seul le créole doit être aménagé en Haïti est défendue par une petite minorité de bilingues créole français, bien scolarisés en français, la plupart du temps non linguistes et plus ou moins liés à l’Académie créole. Cette idée, disons-le tout net, exprime un aveuglement volontaire chez ceux des bilingues haïtiens qui nient avec légèreté le caractère bilingue de notre patrimoine linguistique biséculaire. Est-il aujourd’hui utile de démontrer l’inanité de l’aveuglement volontaire chez ceux qui confondent la juste et nécessaire défense du créole et le mirage de l’unilatéralisme créolophile? Pareil aveuglement créolophile doit-il avoir préséance sur l’Histoire, sur la sociologie et les sciences du langage ainsi que sur l’impératif de l’aménagement simultané des deux langues officielles du pays?

Ayiti
Le patrimoine linguistique bilingue d’Haïti: promouvoir une vision rassembleuse
Paru à Port-au-Prince dans Le National le 24 mai 2018
Robert Berrouët-Oriol

Depuis la publication en 2011 du livre de référence «L’aménagement linguistique en Haïti: enjeux, défis et propositions» (par Robert Berrouët-Oriol et al, Cidihca et Éditions de l’Université d’État d’Haïti), les notions-clé du domaine de l’aménagement linguistique font lentement leur chemin chez nombre de personnes qui s’intéressent à la question des langues au pays. Parmi les neuves notions étayées dans ce livre figurent les «droits linguistiques», le «droit à la langue», le «droit à la langue maternelle créole», «l’équité des droits linguistiques» ainsi que la notion de «patrimoine linguistique bilingue». Ces neuves notions de jurilinguistique et d’aménagement linguistique se retrouvent également dans plusieurs articles que nous avons depuis lors publiés, entre autres dans le quotidien Le National, et au moyen de ces publications nous avons amplement partagé notre vision du futur aménagement simultané des deux langues officielles du pays. Retour sur la notion de «patrimoine linguistique bilingue».

Ayiti
À Haïti, un esclavage d’enfants qui ne dit pas son nom
Par Sébastien Roux

Dans l’espoir de leur permettre d’échapper à l’extrême pauvreté, des familles haïtiennes démunies donnent leurs enfants à des familles bourgeoises, courant le risque qu’ils deviennent des restaveks, terme controversé désignant un enfant utilisé pour effectuer des tâches domestiques, voire sexuelles. Une pratique accentuée par le séisme de 2010, en dépit d’une nouvelle stratégie nationale pour mieux les protéger.

Ayiti
Les Haïtiens sont devenus plus pauvres en 2017, selon les chiffres de l`IHSI

Tensions inflationnistes, Taux de croissance du PIB le plus bas depuis 6 ans, ralentissement dans le processus de reconstruction post-séisme, 5 milliards de gourdes de déficit budgétaire en moins de trois mois… L`année 2017 n`a pas été tendre pour les bourses des haïtiens qui se sont retrouvés plus pauvres qu`en 2016, selon les chiffres de l`IHSI

Ayiti
26 avril 1963, premier grand massacre du dictateur François Duvalier

Le 21 avril 2015, par arrêté présidentiel, le gouvernement haïtien avait déclaré la date du 26 avril : « Journée nationale du Souvenir à la Mémoire des Victimes de Fort Dimanche », en souvenir des massacres perpétrés dans le pays par le régime dictatorial de François Duvalier, 1963, et par les militaires au lendemain de la chute de la dictature en 1986.

Ayiti
Le créole à la CARICOM: Utopie ou mal-vision persistante?
Robert Berrouët-Oriol

L’idée de voir le créole haïtien accéder au statut de langue officielle ou d’une langue usuelle de travail à la CARICOM est défendue par plusieurs personnes depuis un certain temps. Ainsi, «Alors qu’Haïti assure, depuis ce mois de janvier 2013, la présidence de la Communauté caribéenne (CARICOM), le rectorat de l’Université d’État d’Haïti et le comité de mise sur pied d’une académie de la langue créole appellent le chef de l’État, Michel Martelly, à demander que le créole, plutôt que le français, soit l’une des langues officielles de l’organisation régionale» («Le créole haïtien plutôt que le français comme langue officielle, plaident deux institutions», AlterPresse, 29 janvier 2013). Dans la Francocréolophonie haïtienne, cette idée est-elle fondée et productive? Est-elle compatible avec le plaidoyer pour l’aménagement de nos deux langues officielles?

Ayiti
La Martinique envisage d’importer 100 mille tonnes de fruits et légumes d’Haïti

Depuis des années, un polluant organique dénommé « Chlordécone » persiste à la Martinique. Il est un produit toxique qui détruit la santé des humains et la nature environnante. Vu des dégâts causés au sol martiniquais, notamment, dans le secteur agricole, un groupe de Martiniquais a effectué, récemment, une visite en Haïti dans l’objectif d’explorer le secteur agricole haïtien et étudier la possibilité d’acheter d’Haïti, 100 mille tonnes de denrées agricoles (fruits et légumes).

Ayiti
Le Canada invite Haïti au sommet des plus grandes puissances du monde

Jovenel Moïse est de retour, depuis hier, de sa participation au 8e Sommet des Amériques où il a eu l’occasion de discuter avec plusieurs personnalités telles que le président chilien, Sébastian Pinera et le Premier ministre canadien, Justin Trudeau. Dès qu’il a atterri à l’aéroport Toussaint Louverture, le président de la République a détaillé le bilan de son voyage qu’il estime satisfaisant.

Ayiti
comateux bilan du ministre Pierre Josué Agénor Cadet au chapitre de l’aménagement linguistique
L’éducation nationale en Haïti:
Robert Berrouët-Oriol

Il ne s’agit pas d’un poisson d’avril, qu’on se le dise: «Un an après sa nomination, le ministre Pierre Josué Agénor Cadet se dit satisfait de ses réalisations» titre Le Nouvelliste dans son édition du 23 mars 2018. Au pays des approximations et du virtuel, ce journal précise que «Le ministre de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, a dressé le jeudi 22 mars 2018 un bilan positif des travaux réalisés au cours des douze derniers mois de son mandat. Le titulaire du MENFP a vanté ses réalisations qui, dit-il, dépassent son espérance».

Ayiti
Sur les pas de Wole Soyinka au pays du vaudou

Le Prix Nobel de littérature nigérian a passé la mer pour rencontrer les citoyens d’Haïti. Propos d’un sage africain plein d’ironie et récit d’un voyage, digne d’une visite d’Etat

Ayiti
Haïti : Le linguiste Yves Déjean est mort
in "Alter-Presse"

   P-au-P., 29 mars 2018 [AlterPresse] --- Le linguiste Yves Déjean est décédé dans l’après-midi du 29 mars à Port-au-Prince, à l’âge de 90 ans, apprend AlterPresse auprès de ses proches.

   L’éminent professeur allait avoir 91 ans le 16 mai prochain.

Ayiti
Décès : L`agronome William Michel tire la révérence en se suicidant!

La voix de l`agronome William Michel ne résonnera plus en direct sur les radios de la capitale, particulièrement sur Radio Caraïbes (émissions Ranmase et Intersection avec Jean Monard Metellus)

Ayiti
Qui déforeste en Haïti ?

La déforestation et la production de charbon de bois sont souvent considérées comme les principales causes de la pauvreté endémique en Haïti. Cet essai appelle à la création d’un nouveau discours. Cette image d’Haïti est inexacte et économiquement contreproductive.

Ayiti
Crise majeure à l’Académie du créole haïtien : la «Note publique» de l’AKA sème la confusion
Robert Berrouët-Oriol

À la suite de la publication le 17 février 2018, sur le site Potomitan, de la lettre ouverte du linguiste Michel Degraff («Lèt tou louvri pou akademisyen nan Akademi kreyòl ayisyen»), l’Akademi kreyòl ayisyen (AKA) a fait paraître à Port-au-Prince, le 8 mars 2018, une «Note publique» rédigée en créole et portant la signature du pasteur Pauris Jean Baptiste président du Conseil d’administration de l’AKA. Cette «Note publique» d’une seule page, loin de répondre au long réquisitoire de 17 pages de Michel Degraff, n’apporte aucun éclairage sur la crise majeure que traverse l’AKA; elle sème la confusion et écarte la possibilité d’un débat serein et rigoureux au sein de cette instance para-étatique en lourd déficit de crédibilité. Quels sont donc les principaux points contenus dans le réquisitoire de Michel Degraff? Et que cible en réponse la «Note publique» de l’AKA?

Ayiti
Crise majeure à l’Académie du créole haïtien
Robert Berrouët-Oriol

«Pwoblèm yo grav anpil wi.» Le linguiste du MIT Michel Degraff a publié le 17 février 2018, sur le site Potomitan, une lettre ouverte dans laquelle il dresse un virulent réquisitoire contre les «dérives qui affaiblissent le fonctionnement de l’Académie créole». Membre fondateur de l’Akademi kreyòl ayisyen (AKA) et ancien responsable de la «Commission scientifique» de l’AKA, Michel Degraff estime avoir été obligé d’écrire sa lettre ouverte dans le but d’alerter le grand public sur les dérives ayant cours depuis un certain temps au sein de cette microstructure («m oblije ekri lèt tou louvri sa a pou m alète gran piblik la sou malè pandye ki sou tèt AKA»)». Il précise que la décision de publier sa lettre ouverte intervient après que plusieurs académiciens et lui ont en vain essayé de «corriger certains problèmes» identifiés au sein de l’AKA. Étalée sur 17 pages, la lettre ouverte de Michel Degraff expose également d’inquiétantes menaces qu’il aurait reçues relatives à sa sécurité et à celle de sa famille («Epi selon avètisman ke m resevwa nan men kèk kolèg, ata sekirite m oswa sekirite fanmi m ka vin an danje apre m pibliye lèt sa a»).

Ayiti
Caricom/Langue: Jovenel Moise marque une rupture avec Michel Martelly

Ce mardi, Jovenel Moise a plaidé pour l’intégration du Créole comme l’une des langues officielles et de travail au niveau du Secrétariat et des autres instances de la Caricom. « Pendant les deux jours que nous allons passer ensemble, nous aurons l’occasion de délibérer sur des problèmes cruciaux de la région […] surtout l’introduction du Créole […] dans la CARICOM », dit le chef de l’Etat.

Ayiti
«J’essaie de vous parler de ma patrie» - Jacques Viau Renaud, poète haïtiano-dominicain
Entrevue
Robert Berrouët-Oriol

Le 21 février 2018 est paru à Montréal, aux Éditions Mémoire d’encrier, le livre «J’essaie de vous parler de ma patrie» - Jacques Viau Renaud», sous la direction de Sophie Maríñez et Daniel Huttinot, avec la collaboration de Raj Chetty et Amaury Rodríguez. Un lancement du livre est prévu à New York le 20 avril 2018 au Graduate Center, City University of New York.  Pour éclairer cet événement littéraire de premier plan, notre collaborateur Robert Berrouët-Oriol propose aux lecteurs du National une entrevue exclusive avec les responsables éditoriaux du livre, Sophie Maríñez et Daniel Huttinot, qui vivent et travaillent à New York.