Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Ti kourilet - Billet du jour

Billet du Jour

Fred CELIMENE, alias Julie FREMONT, ex-directeur du CEREGMIA, qui vient d'être révoqué de son poste d'enseignant à l'Université des Antilles par le CNESER (Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche), 7 fois inculpé pour la disparition de 14 millions d'euros dans les caisses de cet établissement, placé sous contrôle judiciaire strict (saisie du passeport notamment), trouve encore des gens pour le défendre et bien évidemment ces gens sont certains de nos chers politiciens martiniquais.

Ti kourilet

  Dépi pasé an dizenn jou, sé anployé dé gran sipermarché, HYPER U Long-Pré ek HYPER U La Galéria, mété kò-yo an grev davwè yo ka mandé dotjiman ki met-a-manyok sé lantoupriz-tala, misié PARFAIT, ka rifizé rimet yo. Non sé dotjiman-tala an fwansé sé "liasses fiscales" ek silon sendika sé grévis-la, la CSTM, sé an zouti ki toutafetman nésésè pou sa jijé léta an lantoupriz. Pou sendika-a, zafè yo pé jété an zié asou sé dotjiman-tala pé pèmet yo négosié pi bien adan sé NAO-a kivédi sé négosiasion obligatwè chak lanné-a ki lalwa ka prévwè. Kon an grévis di latélé :
   "C'est gagnant-gagnant !"

Ti kourilet

   Jounalis ka fè anlo sik sé jou-tala pou an zafè labé lavil Sen-Piè ki koké épi an madanm ek ki mandé an lot koupé konsidiré sé té an bagay nef nan péyi-a, an bagay pèsonn pa janmen té konnet. Yo ka wè lanmanniè sé jounalis-tala ka mantjé kilti, ki manniè yo pa konnet an tjou-patat asou listwè Matinik ek lézot péyi bannzil karayib la. Dépi an tan Djab té tibolonm kivédi dépi okoumansman lakolonizasion, sé labé-a yo té ka vréyé isiya té ni nan lanmen dwet yo an Labib ek nan lanmen goch-yo, yo té ka tjenbé kal-yo anba soutàn-yo. Dabò-pou-yonn, yo anviolé fanm karayib ek lè zot wè disparet pwan ras-tala, labé koumansé koké nègres alé-pou-viré ek pli ta, chabin épi milatres. Lè Zendien rivé 2 siek apré, lè ladjoukann vin aboli, yo viré fè menm kalté vakabonnajri-a épi fanm-yo.

Billet du Jour

   Pendant près de trois ans et demi, Serge LETCHIMY et le PPM (par la voix de seconds couteaux genre Camille CHAUVET ou Jeff LAFONTAINE) ont soutenu mordicus Fred CELIMENE, alias Julie FREMONT, l'ex-directeur du CEREGMIA, en dépit de toutes les évidences et en salissant tous ceux qui tentaient difficultueusement de mettre de l'ordre au sein de notre université grâce au nettoyage des écuries de Ravine Touza. La présidente de l'université, le doyen de la faculté des lettres et sciences humaines ainsi que d'autres universitaires ont été ainsi insultés, diffamés, menacés alors même qu'ils n'étaient pour rien dans ces évidences. Quelles sont-elles d'ailleurs ? D'abord, 4 rapports accablants dénonçant les dérives financières du fonctionnaire-propriétaire de bateaux de pêche et de ses comparses martiniquais, guadeloupéens et guyanais : 2 de la Cour des comptes, 1 du Sénat et 1 de l'IGAENER (Inspection Générale de l'Administration de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche).

Billet du Jour

   Me Philippe EDMOND-MARIETTE et Me Gérard DORWLING-CARTER, avocats au barreau de Fort-de-France , Martinique, French West-Indies, ont été longtemps les défenseurs des mafieux du CEREGMIA, en particulier de Fred CELIMENE, ex-directeur de ce laboratoires de recherches, qui vient d'être révoqué de la fonction publique par le CNESER (Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) ce jeudi 08 juin 2016.

Ti kourilet

   Adan ti tet zépeng-la yo ka kriyé Matinik la, ni anlo moun éti kabech-yo pli red ki an zékal koko, pi red ki an woch menm. Ou abo espitjé yo sisi-sila, pa fè tel bagay, pa ay tel koté, yo sanfoutépamal. Sé zafè-yo yo ka fè ! Ba yo lè, fout ! Menm lè zot wè sé lémetjwas ki ka mandé popilasion-an respekté an bagay. Ki mè ki dépité ki Préfè ki prézidan la-Répiblik, yo pa pou konnet ! Sé gou épi lidé-yo yo ka fè. Konpowtasion-tala ka fè moun-andéwò pété ri, men lè nou bien gadé, pa ni an patat pou ri adan sa.

Billet du Jour

   A l'occasion du 7è Sommet de l'AEC (Association des Etats de la Caraïbe) qui vient de se tenir à La Havane (Cuba), Alfred MARIE-JEANNE, président du Conseil Territorial de la Martinique, a tenu à s'exprimer sur la fameuse question des "réparations de l'esclavage". Citons ses propos :
   "Pour moi, un crime reste un crime, quelle que soit la peine infligée, quelles que soient les réparations demandées, quels que soient le dédommagement accordé. Un crime reste un crime. En quoi un dédommagement peut-il réparer un crime ?"

Ti kourilet

   Pa ni sitelman lontan, lè ou té ka fè tan antré adan an kay lé sanmdi bomaten, ou té ka santi an lòdè ki dwol, an kalté lodè brilé : sé té fanm ki té ka féré chivé-yo kisiswa pou ay dansé jou sanmdi oswè-a kisiswa pou ay lanmes jou landimen dimanch lan. Oben pou yo té paret bel. An tan-tala, Neg té rayi chivé grennen davwè dépi an tan ladjoukann, Bétjé té ka tiré méprizasion ba koulè lapo-yo ek sikti chivé-yo. Adan kréyol-la dayè té ni an patjé esprésion pou palé di chivé grennen : "chivé grenn kaka mouton", "ti zéwo", "tet sek", "chivé red" kisasayésa...

Ti kourilet

   Ki sa sé anségnan Lisé Chelchè a lé ? Ki an tranbmann-tè fet ek ki sé vié batiman-an anni chapé-tonbé anlè tet-yo ek tet sé zélev-la épi tjwé an bon enpé adan yo ? Sé sa yo lé ? Serge LETCHIMY té ponmet yo fini lisé tranzit Lamatènité-a pou jwen 2013 kivédi larantré-a té ké fet an septanm 2013. Dat finisman sé travo-a té matjé anlè panno-a ki té dwet-douvan ansien lopital-la ek tout moun té pé wè'y.

Billet du Jour

   Lè zot wè an espowtif ka vini séleb, lè bon lajan ka koumansé rantré nan poch-li, pli souvan ki rarman i ka bliyé koté i sòti ek i ka mété kò'y ka viv kon an pagna. Men tout létid sosiolojik ki fet ka montré ki pres tout espowtif ki mapipi sòti adan krey-sosial ki pov oben ki madjendjen. Ou pa ka djè jwenn sa anpami lé gwo-tjap, sof adan dé sèten espow kontel ténis oben monté chouval. Antouléka adan dé espow kontel basket, foutbol ek laboks, pasé 80% sé jwè-a, sé yich maléré ki touvé adan espow an chimen pou yo té pé sòti adan banbanm-lan yo té ka viv la.

Ti kourilet

   EPMN fè an konsit ba sé média-a, vandrédi 3 jwen, pou di konmkwa "bidjé la CTM pa sensè". Ki sé an "bidjé manti-mantè" ki la. Yo bat djol yo, yo badjolé, yo voyé lavwa, yo chachè fè tout kalté gran démonstraksion, lé J-C. DUVERGER, lé Johnny HAJJAR ek sé lézot konpè-yo a, men sé pa an tjou-patat yo pòté kon prev di akizasion-yo. Parkont, sa yo pa janmen ka di, sé ki yo kité 84 million éwo lajan-dwé ta la-Réjion ba nouvo kolektivité-a kivédi la-CTM. Sa yo ka obliyé di sé ki yo kité 400.000 éwo lajan-dwé koté EDF ki pé anni koupé lektrisité-a anlè sé batiman Plato Wa a lè i lé. Sa yo ka fè wol pa sav sé ki ni pres 10 milion ki té pou sèvi pou ba vié-moun pal ek pèsonn pa sav ola lajan-tala pasé kisasayésa. Sa yo pa ka di pies sé ki lantoupriz-la ki ka fè TSCP a vréyé lajistis an zo la-CTM pou an gwo lajan-dwé ta ansien la-Réjion...

Billet du Jour

   Toute l'agitation autour d'une structure commerciale installée à Ducos sur des terres agricoles démontre l'inconséquence totale de nos élus (à commencer par Charles-André MENCE, le maire de la commune, champion toutes catégorie en matière de déclassements) ainsi que de certains militants politiques pourtant classés à gauche, voire à l'extrême-gauche. Inconséquence qui n'est autre, en fait, qu'un crime contre les générations futures dans un pays minuscule, grand comme une tête d'épingle et dans lequel le foncier agricole fond d'année en année comme peau de chagrin. A ce rythme-là, dans vingt ans, il n'existera plus que des jardins créoles dispersés dans les rares mornes qui n'auront pas été bétonnés et bitumés.

Ti kourilet

   Il existe une trentaine de pays africains et arabes dans lesquels le français est enseigné dès le CP et ça ne choque ni n'a jamais choqué personne. D'aucuns diront que c'est parce que ces pays comportent trop de langues différentes et que le français sert à mettre tout le monde d'accord, aucune "ethnie", comme aiment à dire les grands médias occidentaux, n'acceptant que la langue d'une autre devienne la langue officielle. D'abord, cela est totalement faux dans le Maghreb où il existe au mieux deux langues (l'arabe et le tamazight, couramment appelé "berbère") lesquelles sont parlées par la totalité de la population. Ensuite, il y a des pays africains où une seule langue est parlée ou en tout cas comprise par près de 90% de la population (le wolof au Sénégal, le sango au Centre-Afrique, le lingala au Congo-Kinshasa, le malgache à Madagascar etc.). Ces langues ont d'ailleurs le statut, ô combien ambigu, de "langue nationale" à côté du français qui est "langue officielle".

Billet du Jour

   Ils ne sont plus tout jeunes, mais sont chefs d'état. Pas du tout-du tout jeunes en fait. Le premier et moins âgé est Paul BIYA (81 ans), président du Cameroun après pas moins de 7 mandats dont le caractère peu démocratique est régulièrement critiqué par l'opposition ; le deuxième, Raul CASTRO est octogénaire (84 ans) et tient Cuba à bout de bras après la retraite de son frère Fidel ; le troisième, octogénaire bon teint (89 ans), Béji Caïd EL-SEBSI, dirige l'un des pays arabes les plus en pointe dans ce qui a été le fameux "Printemps arabe" ; le quatrième, lui, Robert MUGABE, détient carrément un record du monde : il est nonagénaire (92 ans). Il passe le plus clair de son temps à défier l'Occident et sa dernière saillie__pas idiote du doute__a été de proposer la création d'un CPI (Cour Pénale Internationale) afin de juger les dirigeants occidentaux auteurs d'actes criminels.

Ti kourilet

   Sé pa anni zonbi ki désérébralé dépi zot wè yo fè tan mété lektrisité toupatou ek soutou yo tiré kat-chimen pou mété won-pwen. Limiè-a ka rann zonbi aveg ek won-pwen ka fè yo tounen-viré anlè kò-yo akwèdi topi-mabial. Tout kalté bet diabolik moun lontan té konnet pwan fè adan balan sa yo ka kriyé "modènizasion": soukougnan pè konyen fil poto élektrik lè yo ka wondi nan siel-la ; dowlis ka krenn trapé an kout lasid abo yo ennvizib davwè atjèman, ni linet ka pèmet wè lannuit ; Ladjables pa sav es fok i zayé nonm ki ka maché yo yonn pis sé nonm-tala pé ni tjek fizi kannon siyé anba chimiz-yo kisasayésa...

Ti kourilet

    Moun pé di sa yo lé jòdi-jou asou zouk-la, men ni an bagay nou tout-la ké blijé rikonnet adan sé lanné-a ka vini a, sé ki mizik-tala ba lang kréyol la an bidim pal. Ni twa sektè ki, akonté di sé lanné 1980 siek-la ki fini pasé a (kidonk 20è la), vréyé lang natif-natal nou a, zépon natirel nou an, douvan : sé mizik zouk asou an bò ; wouchach ki fet alantou kréyol atè Linivèsité alantou Pr Jean BERNABE, met-a-manyok aGEREC (Groupe d'Etudes et de Recherches en Espace Créole) ;  litérati matjé an kréyol asou an lot bò (Mochoachi, Joby Bernabé, Hector Poullet, Sony Rupaire, Raphaël Confiant, Max rippon, Serge Restog, T. Léotin, J. Duranty kisasayésa).

Billet du Jour

   La pire des séquelles de l'esclavage et du colonialisme chez les Noirs est une immense blessure narcissique collective qui se manifeste par cet enthousiasme de tous les Noirs du monde dès que quelqu'un qui a la même couleur de peau qu'eux accomplit quelque chose de remarquable : OBAMA est le héros des Noirs du monde entier, PELE le footballeur aussi, Mickael JORDAN le basketteur et des dizaines d'autres Noirs talentueux dans leurs domaines suscitent la même réaction.

Ti kourilet

   Ti istwè-tala pasé adan an komin li-sid Matinik, nan bòdaj an bel plaj ki ni sab blan kon grenn-koko-zié an Neg-Kongo ek an lanmè blé kon rad Laviej.  An gwo-tjap milat konstwi an bidim kay-la koté-tala ek dépi pasé ven lanné i ka viv ti kò'y, i ka bwè dlo'y san pies kalté model tjak. Lé sanmdi-dimanch, sa vré ki an tilili moun sòti toupatou ka anni dévidé asou plaj-la, ka mété gwo mizik-yo, ka manjé, ka fè rigoladri, ka jwé boul kisasayésa, mé konmva ni an razié ka séparé kay Milat-la di plaj-la, sa pa janmen vréman terbolizé lavi misié.

Ti kourilet

   Hormis en Guadeloupe, la littérature antillaise est largement dominée par la gent masculine. Ce phénomène frise la caricature dans une île telle que la Martinique où après Aimé CESAIRE, Frantz FANON, Edouard GLISSANT, Joseph ZOBEL, Vincent PLACOLY, Xavier ORVILLE, Patrick CHAMOISEAU, Raphaël CONFIANT, Roland BRIVAL et tant d'autres, il est bien difficile pour une femme de se faire un nom. Pourtant elles écrivent ! De tous bords : la Békée Marie-Reine DE JAHAM, dont l'écriture est aux antipodes de celle de Fabienne KANOR ou d'Anique SYLVESTRE, en est un exemple étonnant.

Billet du Jour

   En ce jour d'une célébration un peu formelle (et trop commerciale à vrai dire) d'une fête qui vise à célèbrer nos mères, il est bon de rappeler qu'en dépit de la multitude des préoccupations domestiques et professionnelles qui leur occupent l'esprit, beaucoup trouvent quand même le temps de s'adonner à des activités telles que la littérature.